«Tonnerre du Nord»: Riyad lance ses gigantesques manœuvres militaires conjointes

RFI.FR- Le calme relatif régnant sur une bonne partie de la Syrie depuis la trêve ne saurait faire oublier les risques liés à la régionalisation du conflit. L’Arabie saoudite a lancé, ce dimanche 28 février, des manœuvres militaires sans précédent sur son territoire. Y participent des militaires venus d’une vingtaine de pays, dont le Maroc, le Pakistan ou encore le Sénégal. Baptisée « Tonnerre du Nord », cette opération est officiellement destinée à former les troupes à la lutte antiterroriste. Les prémices d’une intervention terrestre en Syrie ? Pour l’heure, Riyad ne souhaite pas s’engager sans le soutien des Etats-Unis.

 En faction depuis la mi-février à la frontière saoudo-irakienne, plus de 250 000 militairesparticipent aux manœuvres lancées par Riyad ce dimanche, parmi les plus importantes au monde. Toutes les forces aériennes, terrestres et navales des vingt pays en présence, sont engagées sur le terrain. Ces opérations doivent officiellement permettre la formation des troupes à la lutte contre le terrorisme et les jihadistes de Daech, mais on sait aussi que Riyad lutte contre son frère ennemi, l’Iran.

 L’Arabie saoudite, qui multiplie depuis un an ses initiatives militaires dans la région, et notamment au Yémen, a envoyé il y a deux jours quatre avions de chasse F-15 en Turquie pour participer aux frappes contre les jihadistes du groupe Etat islamique.

Toutes ces manœuvres, baptisées « Tonnerre du Nord », s’effectuent dans un contexte pour le moins tectonique et instable. L’occasion pour le royaume saoudien, à la tête de cette coalition de pays islamiques, de confirmer sa politique de défense, offensive et indépendante vis-à-vis des Etats-Unis.

Voir aussi

Liesse populaire à l’ambassade de Gambie à Dakar

Adama Barrow succède, officiellement, à Yahya Jammeh. Le Président nouvellement élu de la Gambie, a …