Accueil / ECONOMIE / Touba : 5.000 lampadaires pour illuminer la ville sainte

Touba : 5.000 lampadaires pour illuminer la ville sainte

Dans certaines rues de Touba, il n’y a pas même d’éclairage public, les lampadaires ne fonctionnent plus et les câbles électriques retirés. L’Association « Touba Ca Kanam », qui veut rectifier le tir a signé avec la société ADMEC une convention de 5.000 lampadaires Led pour illuminer la ville  Sainte

 L’Association « Touba Ca Kanam », vient de signer avec la société ADMEC une convention de 5.000 lampadaires Led au profit de Touba.  «Nous avons constaté qu’il fait trop sombre à Touba, et le peu de lampadaires installés dans la commune ne marchent pas. C’est ainsi qu’on s’est concerté avec les chefs de famille et chacun a accepté d’installer une lampe devant sa maison», a déclaré d’emblée le coordonnateur de « Touba Ca Kanam », Serigne Fallou Ndiaye. «Les lampes n’étaient pas de bonne qualité et se grillaient très vite. Quand on s’est rapproché de Directeur de ADMEC, il nous a proposé d’installer des lampadaires Led à basse consommation. Nous avons passé une première commande de 1.000 lampadaires d’ici le grand Magal», ajoute Serigne Fallou Ndiaye, qui précise que ce projet d’éclairer la cité religieuse a été lancé sous la bénédiction du défunt Khalife.

Mais, d’après Claude Petit,  chef de production de la société ADMEC, «le but final, c’est d’installer une usine de production dans un premier temps, de tout ce qui peut être éclairage à base de Led». «La première commande, c’est un projet final de 5.000 lampes dont 1.000 seront déjà installés avant le Magal de Touba. Et ça va continuer. Ce sont des lampes qui seront installées sur les maisons pour éclairer le trottoir. Nous avons une trentaine de personnes qui sont employées pour cette commande. Nous arrivons au bout», assure Claude Petit. Avant de préciser : «Ce projet avance, une usine devrait s’installer. Nous avons déjà eu des commandes, ce qui fait qu’on s’est installé provisoirement pour travailler en mode dégradé, c’est-à-dire à lieu de produire complétement le produit, on fait du montage. Le produit arrive en pièces détachées et on le monte produit».

Selon lui, à ce jour, ils sont à 600 lampes. «On est allé chercher un produit qui, aujourd’hui, est d’une bonne qualité à prix réduit par rapport à ce qu’on peut trouver sur le marché, avec une puissance d’éclairage parfaite. C’est 75% d’économie par rapport à un lampadaire normal. Ceci pour dire qu’on a un produit d’une qualité supérieure et très convenable. D’ici le Magal, on aura installé les 1.000 lampes», renseigne le chef de production de la société ADMEC basé à Noflaye. «Nous n’avons pas pris des gens qui ont forcément une formation en électrique ou électronique. Les premiers jours, c’était la formation du personnel. Nous avons des personnels du village de Sangalkam, de Noflaye, de Bambilor, entre autres», conclut-il. 

Zachari Badji

À voir aussi

Production industrielle :Une baisse de 3,9% en septembre

L’activité industrielle est marquée, au mois de septembre 2018, par une baisse de 3,9% de …

Sénégal-BM : Le portefeuille passe de 700  à 1065 milliards

Le Ministre de l’Economie, des Finances et du Plan, Amadou Ba, a présidé hier à …