Accueil / RELIGION / TOUBA : Ville sainte

TOUBA : Ville sainte

Touba : c’est la ville sainte des Mourides où réside le chef de la confrérie, le Serigne Touba (qui est un titre et non un nom). Sa mosquée (photo à droite) est l’une des plus grandes du continent. Cette cité, qui n’était qu’un village il y a vingt ans, a connu depuis une explosion démographique sans précédent au Sénégal. Ce serait, d’après les Mourides, la deuxième ville du pays. En fait, elle l’est si on compte les nombreux pèlerins de passage pendant quelques jours. Mais les véritables résidents sont très peu nombreux compte tenu du prix du terrain et de la construction qui est l’un des plus élevé du pays. Tous ces résidants sont donc de riches propriétaires souvent marabouts. Le rêve du Mouride étant de se faire enterrer à Touba, on comprend que de nombreux retraités dépensent leur retraite pour habiter dans la cité où est enterré Cheikh Amadou Bamba. La ville est moyennement propre et d’une monotonie unique ! Les maisons individuelles modernes s’alignent sans aucune originalité et on dirait une cité surgit au beau milieu du Sahara. Les plantes et arbres sont très rares. Lors des Magals commémorant les différentes étapes de la vie de Cheikh Amadou Bamba le nombre de pèlerins est époustouflant à tel point qu’on a l’impression que le Sénégal entier est à Touba.

Les Talibés (talibans) : Ce phénomène, même s’il n’est pas l’apanage des Mourides, est hélas très pratiqué par les petits marabouts de cette confrérie. Le talibé est normalement un simple élève d’une école coranique qui apprend l’arabe et le coran auprès d’un instructeur. Aujourd’hui, au Sénégal, il s’agit de milliers de gosses entre trois et douze ans qui sont envoyés dans tout le Sénégal pour mendier. Mal nourris, non soignés, non habillés, c’est un véritable scandale dont s’émeuvent tous les visiteurs du pays. Les maigres recettes de ces enfants reviennent évidemment au marabout sous peine d’être punis avec de bons coups de baguette. Les parents qui confient leurs enfants à ces marabouts vivent souvent eux-mêmes dans le dénuement et pensent donner une chance à leur enfant en lui apprenant le Coran. Le phénomène des marabouts et par là des talibés engendre tous les futurs criminels du Sénégal. Les trois-quarts des apprentis dans les transports en commun et des coxers qui sont des bandits notoires s’affichent avec des médailles de Sérigne Touba. Soulignons une fois de plus que les Sérignes Touba déconsidèrent cette pratique honteuse et qu’il s’agit le plus souvent des petits marabouts oeuvrant dans les grandes villes (Tidjanes et Mourides principalement).

À voir aussi

Wade pleure Serigne Sidy Mokhtar Mbacké «C’était mon Khalife, mon maître et mon ami. »

Le président Wade a exprimé sa « profonde tristesse » après la disparition du khalife général des …

Le Magal de Porokhane reporté au 22 février

Suite au rappel à Dieu du Khalife général des Mourides, Serigne Sidy Mokhtar Mbacké, le …