ECONOMIE

TOUBA/MBACKE- Une maison dépense environ 1,4 million FCFA avant ou pendant le Magal

  • Date: 18 novembre 2016

Le niveau des dépenses des ménages de Touba/Mbacké est très considérable. En fait, selon Moubarak Lô, une concession moyenne dépense environ 1,4 million FCFA avant ou pendant le Magal.

Excepté son caractère religieux, le Magal génère énormément de dépenses. L’évènement draine en effet une foule énorme et une  intense activité économique, à tous les niveaux, augmentant ainsi le niveau des dépenses des ménages de Touba/Mbacké. Et selon une étude de l’économiste Moubarak Lô, une concession moyenne à Touba/Mbacké dépense environ 1,4 million FCFA avant ou pendant le Magal. Mais, précise M. Lô, il faut relever que ce sont plusieurs ménages qui se retrouvent littéralement, au même moment et dans une même concession, pour célébrer ensemble le Magal et effectuer le ‘’Berndël.’’ Si l’on considère que Touba et Mbacké comptaient environ 100.000 ménages en 2011 (en rétropolant les données du Recensement général de la Population de 2013), que les participants au Magal se fixaient à environ 3,16 millions de personnes en 2011 et que les ménages du département de Mbacké comptent, en temps normal, 9 personnes par ménage, en moyenne, on peut donc postuler que les concessions de Touba (y compris les maisons des marabouts et des Dahiras), accueillent en moyenne, pendant la période du Magal, environ 3,5 ménages en leur sein, a-t-il démontré. Avant de renchérir : ‘’Chacun de ces ménages dépense en moyenne 400.000 FCFA avant ou pendant le Magal.’’ D’après le statisticien, les talibés mourides ont le désir d’augmenter chaque année les efforts consacrés au Magal et, pour beaucoup de pèlerins, il leur a été difficile d’estimer leurs contributions financières. Celles-ci varient, dit-il, de 10.000 FCFA à 350.000 FCFA par individu, et parfois elles peuvent dépasser le million de FCFA (y compris le transport international pour certains).  Par ailleurs, souligne-t-il, 39,20% de la somme destinée au Magal est consacrée aux contributions auprès des Dahiras, de la famille d’accueil et en tant que « cadeaux pieux » faits aux marabouts. Ensuite, soutient M Lô, suivent par ordre d’importance les dépenses personnelles des pèlerins (26% en habillement, chaussure, coiffure, etc.), les dépenses liées aux frais de transport (environ 5%) et les dépenses de télécommunication (environ 3%). En plus de ces contributions, il y a également la mobilisation de matériels (cuisine, sonorisation, bâches, chaises, nattes….).

L’alimentation crève le budget des ménages

Selon toujours Moubarak Lô, l’alimentation constitue un élément essentiel dans le budget des ménages. L’habitude des achats des ménages durant le Magal est caractérisée par la forte présence de la viande (plus de 47% des dépenses alimentaires) (viande de bœufs, chameaux, moutons, chèvres, poulets). D’autres postes de dépenses liés à l’alimentation émergent par leur importance, comme les jus de fruits, les sodas et les eaux minérales (près de 13% des dépenses alimentaires), le riz et les autres céréales  (un peu plus de 11%), le sucre (5%), les produits d’assaisonnement (4,5%), les huiles végétales (4% environ), les produits laitiers et de pâtisserie (4% environ). Les produits d’élevage et d’aviculture sont très florissants avec le Magal. Pour les éleveurs, l’événement constitue une période de traite. Les meilleures têtes de leurs troupeaux sont réservées à la vente à Touba car les mourides ont l’habitude d’acheter de gros bœufs, des milliers de moutons, de chèvres et même des chameaux pour le Magal, a-t-il révélé. Rien qu’en 2011, informe-t-il, en se basant sur une enquête du foirail principal de Touba, un total de 16.200 têtes de bétail y ont été vendues durant la période du Magal (pour un chiffre d’affaires de 2 milliards 140 millions FCFA), réparties comme suit : 5000 bœufs, 7000 moutons, 1700 chameaux et 1500 chèvres.  Les sociétés de production et de distribution de nattes, d’ustensiles de cuisine, de glace, de matelas, d’eau minérale, de sodas, de jus de fruits (notamment les canettes) et de produits laitiers, font l’objet d’une forte demande, précise M Lô.  Le secteur des Télécommunications n’est pas en reste. Durant le Magal, Touba devient le premier site du Sénégal pour le nombre d’appels entrants et sortants pour tous les opérateurs téléphoniques, explique-t-il.

 

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15