ECONOMIE

TOURISME- Le Sénégal n’attire plus, pourtant…

  • Date: 22 novembre 2016

La saison touristique 2015-2016 s’achève sous une note aussi triste que celle de la saison précédente. Le Sénégal peine toujours, malgré un budget du ministère du Tourisme revu à la hausse,  à retrouver sa place dans le top des destinations africaines privilégiées.

L’épidémie de la fièvre Ebola, qui avait entraîné une baisse conséquente du nombre de touriste à destination des pays de l’Afrique de l’Ouest, est loin derrière. Pourtant, la situation demeure préoccupante au Sénégal où le secteur peine toujours à redémarrer. Malgré une importante hausse du budget, passé de 12.430 milliards en 2014 à 22.880 milliards en 2016, le pays de la Teranga n’attire pas, ou plutôt plus. En l’absence de données véritables pour mesurer réellement la situation du secteur, les acteurs, notamment les hôteliers, les guides touristiques et autres parties prenantes, sont formels, ils sont très loin des chiffres d’affaires réalisés avant 2014. Les hôtels de l’intérieur du pays demeurent peu fréquentés, ainsi que les sites touristiques, le développement du tourisme locale annoncé par les autorités est toujours au point zéro. Pourtant, les ambitions ne manquent pas, le Sénégal est un pays qui place le tourisme au centre de ses préoccupations. Le Président de la République, Macky Sall, veut repositionner ce secteur comme un élément clé du centre de développement, mais l’on est encore loin de l’objectif visé qui est d’atteindre la barre de 3 millions de touristes par an.

L’espoir demeure…

Même si ce n’est pas encore le retour du Sénégal dans le Top 10 des destinations africaines, 2016 a plutôt laissé planer quelques lueurs d’espoir. Par exemple, d’après la direction des statistiques, le  nombre de passagers enregistrés à l’aéroport international Léopold Sédar Senghor de Dakar, durant les huit premiers mois, a connu une hausse de 2,6%, comparé à la même période de l’année 2015. Ce qui laisse apparaître un certain intérêt pour le pays. Autre point tout aussi important, la sortie de la zone rouge de la région casamançaise par les autorités françaises, qui semble plutôt prometteuse pour cette région qui a longtemps été une des zones les plus visités du pays. Le secteur hôtelier lui aussi commence peu à peu à connaître un nouveau souffle, mais il s’agit beaucoup plus des hôtels de Dakar. Selon Guillaume Pepin, de la plateforme hôtelière africaine Jumia Travel, dont le bureau régional Afrique de l’Ouest se trouve au Sénégal, ‘’2016 a plutôt été une année positive. On ne peut pas dire que c’est actuellement le grand retour, mais par rapport à l’année précédente, nous avons enregistré avec nos différents partenaires (environ 700 à travers le Sénégal) une hausse d’activité qui avoisine les 20%. C’est encore loin des objectifs, mais c’est très promoteur. Autre chose importante, c’est le tourisme d’affaire qui demeure constant et permet aux hôtels de Dakar de se maintenir à un niveau de fréquentation très au-dessus de la moyenne’’

K T COLY

1 Comments

  1. Au Sénégal, il trop de saletés et de voleurs dans les rues des villes.

Leave your comment

Please enter your name.
Please enter comment.

1 2 3 4 5

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15