25 novembre, 2014
Accueil » ACTUALITES » Trafic de drogue : Le Sénégal résolu à lutter contre ce fléau
Trafic de drogue : Le Sénégal résolu à lutter contre ce fléau

Trafic de drogue : Le Sénégal résolu à lutter contre ce fléau

La mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie(Miltdt), en partenariat avec le ministère de la justice et l’Union européenne, a organisé, hier, à Dakar, un atelier sur le thème : « vers une réflexion efficace et concertée du trafic de cocaïne transatlantique : formation opérationnelle en matière de saisie, confiscation et gestion des avoirs criminels ». A cette occasion, le ministre de la justice, Aminata Touré, a montré la détermination et l’engagement de l’Etat du Sénégal à prendre toutes les précautions nécessaires pour lutter efficacement contre le trafic de drogue.

Depuis hier, policiers, gendarmes, magistrats et techniciens, venus d’Afrique, d’Europe et d’Amérique, se rencontrent, à Dakar, pour trois jours, dans le cadre d’un atelier de réflexion sur la lutte contre la drogue, organisé par la mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Miltdt), en partenariat avec le ministère de la justice et l’Union européenne. Au cours de la rencontre, le ministre de la justice, Aminata Touré, a réaffirmé la détermination et l’engagement de l’Etat du Sénégal à tout mettre en œuvre pour lutter efficacement contre le trafic de drogue. Ainsi, dira-t-elle, « notre pays entend assurer toutes ses responsabilités et contribuera efficacement à la lutte contre la drogue. Le Sénégal compte renforcer le dispositif juridique de répression contre le trafic de drogue et améliorer tous les instruments permettant la saisie, la confiscation, le recouvrement et la gestion des avoirs criminels ».

Toutefois, le ministre de la justice, dira qu’au niveau national, autant d’actes sont posés pour cette lutte. Il s’agit, notamment, de la mise en place de la cellule nationale de traitement des informations financières (Centif) et la réactivation de la cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). Au niveau sous-régional, Mme Touré a rappelé les directives de l’Uemoa, pour une législation uniforme en 2002, afin de lutter contre le financement des activités criminelles comme le blanchissement d’argent. Durant cette rencontre qui se poursuit jusqu’à vendredi prochain, le garde des sceaux a insisté sur l’entraide judicaire entre les différents pays et a salué les efforts nationaux et régionaux mis en place, dans le cadre de cette lutte.

Cheikh Moussa SARR

(Stagiaire)

REWMI QUOTIDIEN