trafic  coupe bois

TRAFIC ET COUPE DE BOIS : Macky Sall lance la traque aux trafiquants

Le chef de l’Etat a annoncé hier une série de mesures pour lutter contre le trafic et la coupe de bois. Ainsi Macky Sall a-t-il instruit le Gouvernement de ne plus délivrer d’autorisations pour l’exportation et le trafic du bois.

Le trafic et la coupe de bois explose au Sénégal plus particulièrement dans le sud du pays. Une véritable hécatombe écologique à laquelle Macky Sall compte s’attaquer en lançant la traque aux trafiquants. Ils n’iront plus au bois, et pour cause. Ils seront traqués, chassés et dénichés partout où ils se trouveront. Ce n’est pas tout. Désormais, il est formellement interdit la coupe de bois sur l’ensemble du territoire national. Une décision qui émane du président de la République, à l’occasion de la clôture de la conférence nationale sur le développement durable. Ainsi, il a instruit la Gendarmerie, la Police, l’armée… de veiller à l’application stricte de cette mesure, mais surtout il somme les autorités de ne plus délivrer des permis de coupes. Pour durcir la lutte, il a demandé au ministre de l’Environnement de lui proposer, dans les meilleurs délais, les mesures visant à renforcer les plaintes contre la coupe abusive au Sénégal. «Nous allons renforcer le dispositif, et même sur le plan institutionnel, quitte à légiférer pour alourdir la répression. Nous allons continuer à sensibiliser, mais nous allons aussi réprimer», prévient Macky Sall sur un ton incisif et très corrosif. Avant d’enfoncer le clou : «nous allons procéder à la réforme du Code pénal sur ces aspects, pour les valoriser et les finaliser, tout en renforçant la peine de 3 à 5 ans». Parce que le problème devient de plus en plus inquiétant. «Le Sénégal perd chaque année 40.000 km de forêt, du fait de l’action néfaste de la coupe du bois», a-t-il constaté pour s’en désoler. Aussi a-t-il annoncé le recrutement de 400 nouveaux agents des eaux et forêts cette année dont les 200 seront dans le secteur opérationnel. Il a aussi regretté l’attitude des agents de l’Etat impliqués dans ce vaste réseau de trafic de bois.

Sur un autre registre, le président Sall exhorte le ministère de l’environnement à initier une journée nationale de ramassage du plastique. A ses yeux, le spectacle qu’offrent les sachets plastiques jetés dans la nature est alarmant. Le plastique détruit les sols, tue les animaux et constitue un risque pour la santé des populations. J’invite le gouvernement, après la phase de transition trois mois, à passer à l’application effective de cette loi, ordonne-t-il, non sans demander à tout un chacun d’aller dans sa localité pour mobiliser tout le monde. Pour lui, chacun doit y contribuer, par un éveil et une prise de conscience individuelle et un comportement responsable et citoyen.

Mouhamadou BA

Voir aussi

direc

Cojer- Macky Sall confirme Thérèse Faye jusqu’en 2019

Le Prèsident de la République a présidé ce samedi, en sa qualité de secrétaire général …