Accueil / SANTE / Transmission du Vih de la mère à l’enfant Le Sénégal pour son élimination d’ici à 2020

Transmission du Vih de la mère à l’enfant Le Sénégal pour son élimination d’ici à 2020

Le Ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr a présidé  la journée « Portes ouvertes » de la DLSI dans le cadre de l’élimination de la transmission du Vih sida de la mère à l’enfant, d’ici 2020.

« Cette Journée est, au-delà du symbole, une occasion de renforcer le plaidoyer et la mobilisation sociale autour de la problématique du sida», a d’emblée déclaré Abdoulaye Diouf Sarr, Ministre de la Santé et de l’Action sociale.  Selon lui, les objectifs de développement durable sont liés d’une façon ou d’une autre à la santé, de sorte qu’atteindre ces objectifs, dont fait partie la fin de l’épidémie de sida, dépendra largement de l’application du droit à la santé. « Il me plait de souligner que des progrès remarquables ont été accomplis dans le traitement du VIH, si bien que l’accès au traitement a considérablement augmenté », a-t-il fait savoir. Ainsi, le Ministre de noter que le thème de cette année, « droit à la santé », les interpelle fortement. « Ce thème s’inscrit dans le cadre de l’accélération du dépistage pour faciliter la mise rapide sous traitement antirétroviral et rompre la chaîne de transmission pour aller à l’élimination de la maladie en 2030, conformément aux Objectifs durables de Développement (ODD) et pour le SIDA pédiatrique dès 2018-2020 », a dit le Ministre. Cependant, Abdoulaye Diouf Sarr d’expliquer que la lutte doit donc être intensifiée d’ici 2020, en mettant un accent particulier sur les Trois 90 afin que, notamment, 90% des personnes connaissent leur statut sérologique, 90% de toutes les personnes diagnostiquées séropositives reçoivent un traitement antirétroviral et, 90% de toutes les personnes qui reçoivent un traitement antirétroviral aient une charge virale indétectable. « L’atteinte de l’objectif «trois fois quatre-vingt-dix (3×90)» ne sera possible sans l’accès universel à la prévention, aux traitements et au soutien », a-t-il laissé entendre. Le Sénégal, à l’instar de la communauté internationale, s’est engagé sur la voie de l’accélération visant à mettre fin à l’épidémie du sida dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD), par la mise en place d’une nouvelle stratégie dénommée TATARSEN, soit tester, traiter et retenir les PVVIH.

Khady Thiam COLY

À voir aussi

L’Asas décrète une grève de 72 heures

L’Alliance des syndicats de la santé (Asas), An Gueusseum maintient la pression sur le gouvernement. …

Réduction des Risques Vih/Tb: Les journalistes mieux outillés

L’Alliance nationale des communautés pour la santé a tenu, hier, un atelier d’orientation des journalistes. …