SOCIETE

TRIBUNAL DES FLAGRANTS DÉLITS DE DAKAR- Deux commerçantes gambiennes à la barre pour prostitution sans carnet de santé

  • Date: 13 mai 2016

 Des commerçantes gambiennes ont été condamnées, hier, à une peine d’un mois assortie du sursis. Elles ont été reconnues coupables de prostitution sans carnet de santé par les juges du tribunal des flagrants délits de Dakar.

Elles sont deux Gambiennes à comparaître, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour prostitution sans carnet de santé. En effet, les mis en cause avaient quitté le pays de Yaya Jammeh pour venir à Dakar acheter des marchandises pour leur commerce. Une fois à Dakar, elles ont enlevé leur veste de commerçante pour enfiler celui de prostituée. Malheureusement pour les dames, elles n’ont pas respecté les règles à remplir pour exercer ce métier au Sénégal. C’est ainsi que les éléments de la police ont reçu un appel anonyme informant que les dames K. Tounkara et F. Diallo, toutes deux Gambiennes, se prostituent sans carnet sanitaire. Un transport sur les lieux a permis aux limiers de mettre la main sur les deux personnes susnommées. Interrogées, elles ont reconnu les faits arguant qu’elles avaient quitté la Gambie pour venir acheter des marchandises à Dakar. Cependant, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, les prévenus ont nié les faits avant de passer aux aveux.

Le juge : « La prostitution n’est pas interdite au Sénégal mais… »

K. Tounkara de déclarer : « Je viens régulièrement à Dakar pour acheter des marchandises pour mon commerce. C’est sur ces entrefaites que j’ai rencontré certaines personnes avec qui j’entretiens des rapports sexuels pour 10.000 F Cfa. Lorsque les policiers nous ont arrêtées, ils ont trouvé par devers moi la somme de 50.000 F Cfa ». Pour sa part, F. Diallo explique : « Nous habitons à Nord foire et c’est là-bas que les faits se sont passés. Il faut dire que nous n’avons pas de carnet de santé ». La réplique du juge ne s’est pas fait attendre. Le Président du tribunal s’adressant aux prévenues déclare : « La prostitution n’est pas interdite au Sénégal mais il faut avoir un carnet de santé pour protéger ton partenaire. Je ne sais pas comment ça se passe en Gambie mais ici on exige ce carnet de santé ». Les prévenues ont bien écouté le président du tribunal avant de demander la clémence du tribunal. Invité à faire ses réquisitions, le procureur a requis l’application de la loi. Sans avocat, les prévenues ont sollicité la clémence du tribunal. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu les prévenus coupables avant de les condamner à une peine d’un mois assorti du sursis.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15