Accueil / SOCIETE / Tribunal des flagrants délits de Dakar- un ancien journaliste attrait pour vol d’un ordinateur portable

Tribunal des flagrants délits de Dakar- un ancien journaliste attrait pour vol d’un ordinateur portable

 Un ancien journaliste de Panapress, M. Sarr, a été attrait, hier, à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar par un nommé Amadou Dieng. Ce dernier le poursuit pour vol de son ordinateur portable de marque MacBook. Le procureur a requis 2 ans de prison ferme.

Le sieur Amadou Dieng a attrait à la barre, hier, un ancien journaliste de Panapress, devenu un commercial. Selon le plaignant, il a des relations d’affaires avec le mis en cause. Et le jour des faits, alors qu’il était dans les toilettes de son bureau, il a entendu du bruit. Ainsi, sorti précipitamment, entendra-t-il des pas qui s’éloignaient. Au dehors, le plaignant a interrogé son gardien qui lui rétorquera que c’est M. Sarr qui était entré et qui venait de quitter les lieux avec sa voiture. En foi de ce témoignage, M. Dieng a porté plainte. A la barre, hier, le prévenu a carrément nié les faits, arguant que ce jour là, il était au premier étage, discutant affaires avec Amadou Dieng. Puisque la secrétaire était absente, il a pris la machine pour chercher quelque chose. Ensuite, poursuit-il, sa voiture étant mal garée, il est sorti avec la machine pour mieux stationner.

N’étant pas d’avis avec son client, la robe noire a sommé le prévenu de dire la vérité et rien que la vérité pour espérer une suite favorable. De son côté, la partie civile, par la voix de son conseil, a réclamé le franc symbolique. Parce que, renseigne-t-il, la machine a été retrouvée sans aucun dommage. Prenant la parole à la suite de la partie civile, le parquetier a requis une peine d’emprisonnement de 2 ans de prison ferme. Selon la défense, le délit de vol est établi et la circonstance aggravante est l’usage de véhicule. «L’acte de mon client est prémédité, car le vol ayant été commis en l’absence de la secrétaire», a-t-il reconnu, avant de plaider pour une requalification en vol simple.  Ainsi, a-t-il demandé une application bienveillante de la loi pénale. En rendant sa décision, le tribunal a reconnu le prévenu coupable, avant de le condamner à une peine de 2 ans dont 1 mois ferme.

Cheikh Moussa SARR 

Share This:

À voir aussi

Roland CAYROL : « Macron-Le Pen bouleversent la vie politique française »

Share This: