telechargement-6

TROIS DEFAITES D’AFFILEE EN HUIT JOURS Mourinho ravale sa fierté !

Lèvres séchées, gorge nouée, ses mains ne servent qu’à fumer… Pour la tout toute première fois de sa carrière anglaise, José Mourinho vient de ravaler sa fierté et surtout de subir trois défaites d’affilée, en l’espace de huit jours.

Des lacunes révélées au grand jour

Après le derby de Manchester (1-2) et Feyenoord en Europa Ligue (1-0), Man United s’est vautré ce dimanche à Watford (3-1) dans un match où il a manqué à peu près de tout, c’est à dire de consistance, d’agressivité, de réalisme, de sang-froid (quatre cartons jaunes dans le dernier quart d’heure) et surtout de fond de jeu. So far, les Red-Devils ne sont pas meilleurs que lors des trois années précédentes, celles qui ont suivi la succession de Sir Alex. Les résultats du Community Shield et des trois premières journées ont masqué de vraies errances. En dehors de la victoire à Bournemouth (3-1), relativement facile, celles obtenues face à Leicester à Wembley (2-1) et à Hull (1-0) l’ont été dans les dernières secondes. Et face à Southampton, MU n’a eu que 43% de possession de balle. Dans ce championnat, où il occupe la septième place, l’équipe de Mr José a donc battu respectivement le 12e (Hull), le 14e (Southampton) et le 17e (Bournemouth). Total respect !

La défaite, une nouvelle habitude

Mine de rien, le désormais manager de MU affiche un bilan de 14 défaites sur ses 32 derniers matchs disputés en Premier League. Lorsqu’il est revenu à Chelsea il y a un an, il pointait à 21 revers lors des… 185 rencontres précédentes. Tout cela a tendance à l’agacer, voire à le mettre carrément en colère. De son propre aveu, son équipe ne suit pas ses instructions. C’est un problème, mais pas le seul. À Watford, Mourinho a parlé de certains de ses joueurs comme de «produits non finis». La défaite à Vicarage Road (une première depuis 1986) a aussi mis en évidence des lacunes défensives qui ne datent pas d’hier, notamment dans le domaine aérien. Luke Shaw (qui revient d’un an de blessure) a trinqué pour tout le monde, et Mourinho a souligné son manque «d’attitude mentale» sur le deuxième but. Mais les autres (Valencia, Bailly, Smalling) n’ont pas été meilleurs derrière.

Des options qui interpellent

Les choix de Mourinho interpellent, notamment celui de titulariser un Fellaini dont l’influence technique et tactique est proche du néant, tout comme sa complémentarité avec un Paul Pogba au regard perdu. Le Portugais a surement un peu raison quand il évoque des fautes d’arbitrage sur le premier but de Watford (charge sur Martial) comme à Old Trafford contre City. Mais sa plus grande interrogation concerne Wayne Rooney. Wazza, qui joue au plus haut niveau depuis l’âge de 17 ans, a 30 piges, mais il en fait 40. Sa vitesse est celle d’un tracteur. Surtout, son impact physique et ses qualités techniques s’étiolent. Mourinho avait juré qu’il n’alignerait le capitaine de l’équipe d’Angleterre qu’en attaque. Il s’est déjà rétracté. À Watford, Rooney pointait au milieu. WR a toujours été le baromètre de son équipe, au temps de Sir Alex. Son déclin correspond à celui de son club. C’est tout sauf un hasard. Le temps n’est plus très loin ou Rooney sera titulaire une tout toute dernière fois…

Georges Emmanuel Ndiaye

Voir aussi

FOOT – TOURNOI DE DOHA Les juniors du Sénégal en finale

 L’équipe du Sénégal des moins de 20 ans s’est qualifiée hier pour la finale du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *