Accueil / ECONOMIE / Trou de 100 milliards: Les précisions de ADD

Trou de 100 milliards: Les précisions de ADD

Le Ministère des Finances et du Budget a répondu à Ousmane Sonko et à Thierno Alassane Sall, notamment sur l’existence d’un « trou de 100 milliards dans le budget qui pourrait atteindre les 345 milliards », mais aussi sur l’ajustement structurel.

 « Le Sénégal dispose de capacités éprouvées pour payer à bonne date ses salaires, sa dette et assurer l’exécution correcte des autres postes budgétaires du fonctionnement et de l’investissement », a rassuré le Ministère des Finances et du Budget à travers un communiqué.

D’après les services d’Abdoulaye Daouda Diallo, cette capacité financière de l’Etat sera confortée, en tant que de besoin, par le recours aux marchés financiers, conformément aux autorisations données par l’Assemblée nationale. Dans un tel contexte, parler d’ajustement structurel revient à méconnaître les raisons économiques tendant à la mise en œuvre d’une telle politique et portant sur un déséquilibre externe et un déséquilibre interne ainsi qu’un endettement insoutenable.

Ainsi, le Ministère des Finances et du Budget tient à rappeler des faits et des chiffres vérifiables au sein de ses services techniques, dans les livres de la BCEAO et auprès d’institutions internationales telles que le FMI. « La littérature économique n’est vraiment pas familière avec la notion de « trou dans le budget », mais plutôt de moins-values de recettes par rapport aux objectifs », note la source.

Et de préciser : «  Il est clair qu’il a été enregistré, au premier trimestre 2019, un ralentissement de l’activité économique dû à l’élection présidentielle et qui s’est traduit par des moins-values de recettes budgétaires de 18,7 milliards de FCFA, puisque comparativement à l’objectif de 529,8 milliards de FCFA, les recettes budgétaires cumulées à fin mars 2019 se sont chiffrées à 511,2 milliards de FCFA ».

À voir aussi

Gestion de la ressource halieutique: L’Etat préconise un changement de paradigme

Le Directeur de la pêche maritime, Mamadou Goudiaby, juge nécessaire de changer de paradigme en …

Cacao : Ghana et Côte d’Ivoire suspendent leurs ventes, exigent un prix minimum (officiel)

La Côte d’Ivoire et le Ghana, les deux premiers producteurs mondiaux de cacao, suspendent leurs …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.