Accueil / International / Trump joue la carte du rassemblement lors de son discours sur l’état de l’Union

Trump joue la carte du rassemblement lors de son discours sur l’état de l’Union

Premier discours sur l’état de l’Union pour Donald Trump. Le président américain s’est exprimé devant le Congrès où il a présenté son bilan et ses projets pour l’année à venir en conviant parlementaires et Américains à « l’unité ».

 

C’était un long discours d’une heure et 23 minutes. Presque un record pour cet exercice ! Seul Bill Clinton avait fait plus long. Et c’est un Donald Trump très digne, très présidentiel qui est intervenu devant le Congrès, avec un langage choisi, policé même.

Le président a illustré son discours par le récit des exploits accomplis par ses invités présents dans l’hémicycle et chaleureusement applaudis : plus d’une dizaine en tout dont un soldat blessé en Irak, ou encore un Nord-Coréen torturé par le régime et qui est venu de Corée du Sud pour assister au discours. Loin des divisions qu’il contribue habituellement à créer,  Donald Trump s’est voulu rassembleur et optimiste.

« Au cours de l’année écoulée, nous avons fait de remarquables progrès, nous avons réalisé d’incroyables succès, nous avons fait face à des épreuves que nous attendions mais aussi à d’autres que nous ne pouvions imaginer, a-t-il déclaré. S’il y a une montagne nous la gravissons, s’il y a une frontière nous la franchissons, s’il y a un défi nous l’affrontons, s’il y a une opportunité nous la saisissons. »

Le président américain a déclaré que 2,4 millions d’emplois avaient été créés aux Etats-Unis depuis son arrivée à la Maison Blanche et a notamment évoqué les cours de la bourse qui n’ont cessé de battre des records. Des succès qu’il attribue à sa réforme fiscale et aux déréglementations qu’il a imposées dans de nombreux secteurs.

Il a utilisé un prompteur qu’il a suivi à la lettre. Il y a quelques années, il avait critiqué Barack Obama d’utiliser trop souvent les prompteurs.

« Comme je l’avais promis aux Américains a cette même tribune il y a 11 mois, nous avons engagé la plus grande réforme et baisse d’impôts de l’histoire américaine. Après des années et des années de stagnation des salaires, nous voyons enfin les salaires augmenter. Le taux de chômage a atteint son niveau le plus bas depuis 45 ans. Et c’est quelque chose dont je suis particulièrement fier, le taux de chômage des Africain-Americains est à son plus bas jamais enregistré. »

L’immigration, encore et toujours

Ancrer notre système d’immigration dans le XXIe siècle…
Donald Trump 31/01/2018

Donal Trump a également présenté ses projets pour l’année à venir et a consacré vingt minutes de son discours à l’immigration. Il a déclaré vouloir offrir un chemin vers la citoyenneté à 1,8 million de jeunes clandestins arrivés dans le pays pendant leur enfance, c’est trois fois plus que le nombre de jeunes qui bénéficient du programme de protection mis en place par Obama.

Mais le président veut parallèlement tarir le flux de nouveaux migrants et réclame la sécurisation de la frontière sud, avec bien sûr la construction d’un mur.

« Pendant des décennies, les frontières ouvertes ont laissé passer les drogues et [ont permis] aux gangs de se répandre au sein de nos communautés les plus vulnérables, a déploré le locataire de la Maison Blanche. Ces dernières semaines, deux attaques terroristes ont été rendues possibles à New York à cause de la loterie des visas et du regroupement familial. A l’âge du terrorisme, ces programmes présentent des risques que nous ne pouvons plus nous permettre d’encourir. Il est temps de réformer ces loi d’immigrations dépassées et enfin d’ancrer notre système d’immigration dans le XXIe siècle. »

Donald Trump a aussi annoncé un grand programme de création d’infrastructures, pour un montant de 1 500 milliards de dollars. Le président a également insisté sur la nécessité de dégager des fonds pour l’armée et d’étendre le programme nucléaire américain. Il veut en outre garder ouverte la prison de Guantanamo.

Sur le plan international enfin, le président a demandé au Congrès de voter une loi pour s’assurer que seuls les pays amis de l’Amérique puissent bénéficier d’une aide financière des Etats-Unis.

À voir aussi

Bonaventure Kalou : du stade à la politique

L’ancien international ivoirien Bonaventure Kalou a été élu maire de Vavoua, une ville du centre …

Crimée: au moins 18 morts lors d’une attaque dans un collège technique

Au moins 18 personnes ont été tuées et 50 blessées lors d’une attaque dans un collège technique …