images

TUBERCULOSE MULTI-RÉSISTANTE- 208 cas en 2015

Le Sénégal a mis en place depuis 2010 un dispositif de prise en charge gratuit de la tuberculose multi-résistante dont le  nombre de cas  mis sous traitement a atteint 208 en novembre 2015.

Le Sénégal a mis en œuvre une enquête nationale sur la résistance aux antituberculeux de première ligne pour lutter contre la multi-résistante. Il s’agit de la mise en place d’un système de surveillance de la prévalence des souches pharmaco-résistantes. L’étude dont les résultats seront  dévoilés, ce jeudi, par le Programme national de lutte contre la tuberculose (Pnt) est « innovante » car elle est basée sur le test moléculaire Genexpert. À signaler que le Sénégal est le deuxième pays à avoir lancé une telle enquête après la Papouasie Nouvelle Guinée. En effet, l’enquête qui s’est déroulée de mars 2014 à avril 2015 a concerné un échantillon de 810 nouveaux cas et environ 90 cas déjà traités dans le passé, ayant donné leur consentement pour être enrôlés dans l’étude  au niveau de 26 districts sanitaires  des 14 régions du pays. Pour rappel, le  ministère de la Santé et de l’Action sociale  à travers le Pnt a mis en place depuis 2010 un dispositif de prise en charge gratuit de la tuberculose multi-résistante avec l’appui du Fonds mondial et le  nombre de cas mis sous traitement a atteint 208 en novembre 2015.  Le  régime de traitement  standardisé adopté au Sénégal est de  24 mois  avec un succès thérapeutique de 77%, mais des perspectives de passer en  un protocole court de 9 mois sont largement envisagées. Le malade tuberculeux  multi-résistant  bénéficie jusque-là  d’un appui nutritionnel mensuel et est traité en ambulatoire sauf si l’hospitalisation est nécessaire. Un centre de prise en charge de la tuberculose multi-résistante est construit  à cet effet au service pneumologique de Fann  depuis 2013 pour accueillir les cas présentant des complications ou problèmes spécifiques. Les interventions actuelles recommandées par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour lutter contre la multi-résistante comprennent la mise en place dans tous les pays d’un système de surveillance de la prévalence des souches pharmaco-résistantes. Par ailleurs, d’autres interventions sont recommandées sauf s’il y a la possibilité de tester tous les cas détectés. Dans ce dernier cas, la surveillance de la pharmaco-résistance s’organise par le biais d’enquêtes périodiques avec un échantillonnage représentatif.

Au Sénégal, la dernière enquête nationale de résistance réalisée en 2006 faisait état d’un taux de multi-résistance de 2.1% chez les nouveaux cas TPM+ et 16.9 % chez les patients en retraitement. En 2014, près de 480.000 personnes ont développé une tuberculose multi-résistante (tuberculose MR) dans le monde. Cette situation inquiétante  qui s’accroit de jour en jour est due à la résistance développée contre les médicaments antituberculeux standards utilisés depuis des décennies. Dans tous les pays étudiés, on a constaté d’ailleurs l’existence de souches qui résistent à un antituberculeux utilisé seul. La tuberculose reste un problème de santé publique majeur. Selon les dernières estimations de l’Oms, 1,5 million de personnes en  sont mortes en 2014 et  9,6 millions ont développé la maladie dans le monde.  Plus de (95%)  des  décès surviennent dans les pays à revenu faible et intermédiaire. Selon les mêmes estimations, la maladie  qui est une des 5 principales causes de décès chez les femmes âgées de 15 à 44 ans, affecte  également 1 million d’enfants et 140.000 séronégatifs sont morts de sa combinaison avec le Sida.

 M.BA

Voir aussi

telechargement-15

Gamou 2016 : Al Amine plaide l’équipement de l’hôpital Abdoul Aziz Dabakh de Tivaouane

C’est une doléance formulée hier, en marge du comité régional de développement en vue du …