Omar Mateen a ouvert le feu dans une boîte de nuit gay dans la nuit de samedi à dimanche et a tué au moins 50 personnes. L'ex-épouse de l'homme s'est exprimée dans les médias américains et a dénoncé un "malade mental".
Omar Mateen a ouvert le feu dans une boîte de nuit gay dans la nuit de samedi à dimanche et a tué au moins 50 personnes. L'ex-épouse de l'homme s'est exprimée dans les médias américains et a dénoncé un "malade mental".

Tuerie d’Orlando : L’auteur des faits battait et violait son ex-épouse

Closer-Dans la nuit de samedi à dimanche, un homme a ouvert le feu dans un club gay, le Pulse, situé à Orlando en Floride. On compte au moins 50 morts et 53 blessés dans cette tuerie perpétrée par Omar Mateen et qui a été revendiquée par Daech quelques heures après le drame. « Nous étions dans le centre-ville de Miami (…), et il a vu deux hommes qui s’embrassaient devant les yeux de sa femme et son enfant, et il est devenu très énervé, » a expliqué son père dans les médias américains.

Le fait de voir deux hommes s’aimer librement a semble-t-il été difficile à accepter pourOmar Mateen et pour montrer sa colère, il a ouvert le feu dans un lieu fréquenté par la communauté gay. L’ex-femme d’Omar Mateen s’est exprimée à la télévision américaine et a dressé un portrait effrayant de l’homme qu’elle a aimé. « Au début, c’était un être tout à fait normal qui aimait sa famille, qui aimait s’amuser mais quelques mois après notre mariage, je me suis rendu compte qu’il était instable, bipolaire. Il se mettait en rage sans raison, » a-t-elle confié. Et de continuer, « Il me battait, il m’a violée plusieurs fois. Comme si j’étais un otage, il m’empêchait de voir ma famille. Il était instable, un malade mental, vraiment dérangé. »

De nombreux hommages sont rendus à la communauté gay et aux victimes de cette tuerie depuis quelques heures et une seule phrase ressort à chaque fois : s’aimer est dangereux.

Retrouvez cet article sur Closermag.fr

Voir aussi

10290272-16809477

Le rappeur Rohff accusé de violences conjugales

Alors qu’il attend d’être jugé pour « violences aggravées » sur un employé d’une boutique de la …