ACTUALITE

«Ubbi Tay Grève Tay» ou l’apologie du sabotage

  • Date: 2 octobre 2015

On a entendu un responsable syndical haut en couleurs réclamer la paternité du concept «Ubbi Tay Grève Tay» pour – malheureusement – s’en glorifier. L’attitude irresponsable et cavalière de cette personne inconstante, pouvait ne pas nous intéresser outre mesure mais aujourd’hui, son hétérodoxie sur l’échelle des valeurs du travail commence à faire des émules et son «Ubbi Tay Grève Tay» est la voie toute trouvée par les saboteurs pour plomber l’élan du développement économique national.

L’expression «Ubbi Tay Grève Tay » renferme tout ce qu’il y a de plus négatif, de plus rétrograde et de plus nuisible pour une société qui aspire à s’épanouir. Au moment où le mouvement syndical international s’accommode de la géopolitique pour surmonter les contingences liées aux mutations sociales et économiques, l’inventeur de cette forfaiture se frappe la poitrine et revendique son odieuse trouvaille.

Or, cette expression renvoie systématiquement au refus de travailler par l’abandon des élèves dans les préaux des écoles du fait de grèves intempestives. Elle symbolise en outre, le bouillonnement du front social dont le rêve est en quelque sorte le mot d’ordre lancé, hélas très souvent, par les forces de régression qui tentent à tout prix de déstabiliser le pouvoir en place.   Ce qui se passe aujourd’hui dans le système éducatif que ces apatrides ont toujours voulu ébranler et qui résiste grâce à l’esprit d’ouverture et la magnanimité des autorités politiques, constitue la preuve par 9 que les syndicalistes sont dans leur écrasante majorité des saboteurs en puissance. Déjà en nombre très surélevé (plus d’une cinquantaine  de syndicats d’enseignants dans un seul et unique système éducatif), les syndicats jouent à perturber l’école à tour de rôle. En effet, dès qu’un groupe de saboteurs se décide à lever son mot d’ordre de grève, parce que l’Etat a consenti des sacrifices énormes, un autre groupe lance son mot d’ordre.

Cette ronde endiablée perturbe malheureusement la quiétude de l’école, ralentit considérablement les progressions des enseignements et accable terriblement les niveaux des enfants qui constituent l’avenir du pays. Avec le «Ubbi Tay Grève Tay», tous les efforts de l’Etat dans le secteur de l’Education et de la Formation se trouvent hypothéqués du seul fait de groupuscules qui ne sont mus que par de vils intérêts alimentaires. Ces syndicalistes extravertis se servent hélas des enseignants craie en main qu’ils instrumentalisent par la désinformation et l’intoxication, afin de faire chanter les décideurs politiques. Ils n’ont cure des préoccupations des enseignants qu’ils utilisent tout simplement comme des sujets mobilisables et malléables à souhait…

Mouhamadou BA

Comments are closed.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15