ACTUALITE

Un buzz expressif sur le racket policier- «Menotter le chauffeur sur la chaussée»

  • Date: 19 octobre 2015

Automobilistes et transporteurs routiers ont inventé un vocabulaire très expressif sur les rackets et tracasseries des policiers : «Menotter le chauffeur sur la chaussée». L’expression très en vogue  fait actuellement le buzz.

«Au Sénégal, quand vous avez un véhicule et si vous voulez circuler librement, mieux vaut avoir de l’argent plutôt que les papiers afférant à ce véhicule car, que vous commettiez une infraction ou non, les policiers vous réclament de l’argent ». Cette allégation du  président de la Fédération des transports de l’Union  démocratique des travailleurs du Sénégal Ahmadou Sarr traduit amplement les tracasseries rencontrées par ses collègues sur la route. En effet, constate-t-il pour le déplorer,  la Police, la Gendarmerie, la Douane et les Eaux et Forêts ont une mauvaise réputation dans le secteur des transports, à l’intérieur comme aux frontières.

Ahmadou Sarr s’exprimait à l’occasion d’une réunion de partage de la Fédération des transports de l’Udts sur le thème : «Les travailleurs face à la problématique du secteur des transports au Sénégal».

Dans les grandes villes précisément à Dakar, dit-il, les chauffeurs ont crée un vocabulaire très expressif : « menotter le chauffeur sur la chaussée» de manière intempestive et particulièrement le week-end. Il s’agit, explique M Sarr, de récupérer les pièces du véhicule par les forces de Police et/ou de Gendarmerie  en demandant au chauffeur de les attendre  au moment où elles continuent tout tranquillement à contrôler d’autres véhicules et à régler la circulation, sans se soucier que ce chauffeur doit aller travailler. Mais ce n’est seulement ces difficultés auxquelles les transporteurs sont confrontés. De l’avis d’Ahmadou Sarr, la formation demeure le parent pauvre du secteur des transports. Dans le domaine de la santé, la médecine du travail est quasi-inexistante dans la branche route particulièrement. Chez les gens de mer, la visite médicale constitue le talon d’Achille, le marin est laissé à lui-même parcourant les hôpitaux et les centres de Santé pour des examens complémentaires, a déploré M Sarr. Ainsi l’Udts en appelle-t-elle à un niveau de conscience des acteurs, usagers et étatiques pour la réglementation du  secteur  des transports, afin d’en tirer un énorme bénéfice.

Mouhamadou BA

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15