UN CENTRE DE DÉPISTAGE D’HOMOSEXUELS À ZIGUINCHOR- Les populations battent le macadam et exigent sa fermeture

  • Category : SOCIETE
  • By : moussa keita
  • Date : 1 février 2016

 Castors, un quartier de la Commune de Ziguinchor, accuse une Ong de la place d’avoir implanté dans leur quartier un centre de dépistage d’homosexuels où défilent tous les jours des jeunes et même des lycéens. Très remontés, les habitants exigent la fermeture dudit centre et le départ inconditionnel du personnel.

 La colère est trop noire chez les populations de Castor, un quartier de la Commune de Ziguinchor. Tout est parti de l’implantation d’un Centre de dépistage d’homosexuels dans ce quartier par une Organisation non gouvernementale (Ong) de la place. La remarque a été faite par les jeunes du quartier depuis plus d’une semaine. Depuis lors, toutes les attentions des populations sont rivées sur le bâtiment qui sert de cadre à ladite Ong de procéder sa mission qui consiste à dépister tous les homosexuels vivant dans la région de Ziguinchor. Réunis à la grande mosquée du quartier pour la grande prière du vendredi, les habitants de Castor dans leur ensemble ont décrié ce qu’ils appellent un manque de respect à leur égard. Et c’était devant la presse régionale fortement mobilisée pour écouter ces populations qui n’ont pas pu cacher leur amertume. D’abord, c’est le président de l’Asc Castor qui prend la parole devant les notables du quartier pour expliquer la scène. Selon Aly Diédhiou, les habitants de Castor ont été sidérés de constater l’implantation de ce centre de dépistage. « Ils sont dans le quartier depuis plus d’une semaine et leur travail est de recruter des jeunes moyennant 5.000 et 8.000 F Cfa. Plusieurs jeunes se sont, aujourd’hui, jetés dans cette aventure et le pire, des élèves même font partie du lot », a-t-il fait savoir aux journalistes. Suffisant pour lui de décréter une croisade contre les homosexuels dans toute la Commune de Ziguinchor. « Nous, jeunesses de Néma 2, Castor, Lyndiane et autres disons non à cette pratique contre nature. Et nous invitons toutes les Ong et personnes qui travaillent dans ce domaine de ne plus fouler le sol dans notre quartier. Nous sommes des musulmans et chrétiens qui respectons nos valeurs alors plus jamais ça dans tout Castor », martèle M. Diédhiou qui n’a pas manqué de mettre en garde les homosexuels qui tenteraient de faire la dure tête. « À partir de ce jour, nous ne voulons plus voir un homosexuel traîné dans le quartier. Si par extraordinaire quelqu’un fait la tête dure, il nous trouvera sur son chemin », peste-t-il.

Les religieux sont également dans la lutte contre l’homosexualité dans ce quartier de Ziguinchor. L’imam de la grande mosquée de Castor qui était là pendant toute la rencontre avec la presse n’a pas caché sa position face à ce phénomène qui prend des proportions très inquiétantes au pays de la téranga. Ibrahima Camara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, a craché toute sa vérité devant les journalistes. « Nous, à Castor, nous avons nos enfants, si des gens viennent apprendre à ces derniers des pratiques comme celles-là, c’est vraiment une catastrophe pour nous. Nous nous indignons contre cette pratique qu’on ne saurait accepter dans notre vie », souligne-t-il.

Le délégué de quartier de Castor lui emboîte le pas. « Il est inconcevable que nous regardons notre quartier se mêler dans ces genres d’histoires. Nous demandons aux autorités avec qui nous gardons de très bons rapports de nous accompagner dans cette lutte contre ces pratiques malsaines », lance Adama Sadio. Ce dernier a tout de même invité les jeunes de son quartier à la non-violence tout en demandant solennellement aux responsables du Centre de dépistage d’évacuer les lieux le plus vite possible.

Abdourahmane DIALLO

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15