Accueil / ACTUALITES / Un chef de parti tourne le dos à Idrissa Seck pour Karim Wade

Un chef de parti tourne le dos à Idrissa Seck pour Karim Wade

Hier, au cours d’une conférence de presse à l’allure d’un réquisitoire contre le président de Rewmi Idrissa Seck et Robert Sagna de la coalition Takku Defarat Sénégal, tous deux ses principaux alliés respectivement lors des élections présidentielles de février dernier et législatives de juin 2007, le secrétaire général du Bloc pour le renforcement de la démocratie au Sénégal (Brds) le Pr El Hadj Hamidou Diallo a décidé de tourner le dos aux partis de l’opposition « au crépuscule de leur temps », pour mettre sur orbite le fils de l’actuel président de la République Karim Wade.
Chat échaudé craint l’eau froide. A-t-on coutume de dire. En fait, le secrétaire général du Brds le Pr El Hadj Hamidou Diallo qui  » a fait de Rewmi de Idrissa Seck deuxième à l’élection présidentielle du 25 février dernier et la coalition Takku Defarat Sénégal que dirige Robert Sagna seconde des élections législatives » se dit déçu du mépris avec lequel ces deux hommes politiques qui ont bénéficié de son soutien l’ont traité. En effet, le leader du Brds reproche au maire de Thiés d’être ingrat: « M. Idrissa ne sait pas dire merci », s’est-il désolé avant d’en vouloir au chef de file de la coalition son incapacité à « s’imposer », en tant que deuxième à l’Assemblée nationale.

En fait, le Pr Diallo considère une telle attitude de cette coalition comme une défaite: « Peser la tonne et faire battre par un poids plume », dixit-il. Cerise sur le gâteau. Car, le Brds a décidé de rompre les amarres avec Rewmi de Idrissa Seck et la coalition Takku Defarat Sénégal dirigée par Robert Sagna. « Désormais, Rewmi et Takku Defarat sont loin derrière nous. Ils font partie de l’histoire politique du Brds », déclare l’économiste visiblement déçu. Mais, face à ces mésaventures politiques considérées comme « deux expériences de coalition », il a décidé de mettre fin à des compagnonnages avec des partis politiques qui « ont fait leur temps » et qui « sont appelés à disparaître de l’espace politique ». Pour ce faire, le cheval de bataille du Brds sera la remise du flambeau à une jeunesse, histoire « d’instaurer un nouvel ordre organiquement et socio- politiquement neuf pour mener le Sénégal vers les cimes que ne peuvent atteindre des mains vieilles et affaiblies par des années de labeur au service de la nation ».

Ainsi, entre une opposition parlementaire inexistante », une opposition boycotteuse « méprisante », des partis de transhumants en mal de valeur, le Brds du Pr El Hadj Hamidou Diallo, le parti pour le rassemblement démocratique (Prd) de Michel Amine et les associations membres de Askan wi décident de  » ferrer leur choix vers un espoir ». Dans ce nouvel élan, ces partis ont procédé à une « élimination » pour trouver l’oiseau rare qui porterait cet espoir. Mais, la recherche ne s’est pas faite de midi à quatorze heures. Pour le secrétaire général du Brds, Karim Wade qui « est en train d’être mis dans les dispositions de prise de pouvoir » serait l’homme de la situation. C’est pourquoi, le Brds a décidé de mettre sur orbite le fils de Wade. « Nous assumons notre choix et sommes prêts à montrer au Sénégal que nous avons les ressources, les compétences et la volonté de faire de lui le numéro un ».


À voir aussi

Fraudes au Bac: L’audience renvoyée au 8 juin

L’affaire des fraudes au baccalauréat 2017 a été évoquée pour la première fois, aujourd’hui, devant …

Justice : Macky se retire du Conseil supérieur de la magistrature

Le président de la République et son ministre de la Justice, pourraient se retirer du …