Illustration. Les Français ont pris conscience des risques liés à la cybercriminalité mais après l'avoir expérimenté.  AFP/ Thomas Sanson
Illustration. Les Français ont pris conscience des risques liés à la cybercriminalité mais après l'avoir expérimenté.  AFP/ Thomas Sanson

Un Français sur deux a déjà été victime de la cybercriminalité

Ces chiffres impressionnants correspondent à une tendance inquiétante. Un Français sur deux (47 %) a été confronté à la cybercriminalité au cours de sa vie, contre deux individus sur cinq en Europe, selon le rapport annuel de Norton/Symantec sur les cyber-risques.

 Le spécialiste des logiciels antivirus a sondé cet automne plus de 17 000 consommateurs dans le monde dont 6 000 en Europe et en France. Nous vous dévoilons ses conclusions.

Des crimes multiformes. Les Français interrogés dans cette étude mondiale ont passé en moyenne dix-neuf heures, soit plus de deux jours de travail, à gérer les conséquences de cette criminalité en ligne. Parmi les victimes interrogées, un Français sur dix (12 %) a été touché par un «ransomware», une forme d’extorsion numérique qui touche principalement les smartphones et les tablettes à travers un logiciel qui les infecte. Un Français sur cinq (20 %) s’est également fait dérober ses données bancaires à la suite d’achats en ligne.

Au moins 15% des Français sondés ont appris d’une entreprise ou de l’administration le piratage de leurs données personnelles.

« Après des années de pédagogie, les utilisateurs ont toutefois beaucoup plus conscience des dangers en ligne», assure Laurent Heslault, le directeur des stratégies de sécurité de Symantec. Même si tout le monde n’est pas au même niveau.

Une différence de génération. L’étude retoque au passage un cliché : la cybercriminalité touche plus la jeune génération, plus connectée, que les papys-boomers, moins habitués à Internet mais plus méfiants. En effet, 27 % de la génération Y (15-30 ans) en Europe a été exposée à au moins un acte de cybercrime en 2014 alors qu’ils ne sont que 19 % chez les seniors.

Toutefois les plus âgés pâtissent de leurs carences techniques car seulement 59 % savent par exemple changer les paramètres de vie privée sur leur ordinateur contre 89 % des plus jeunes.

Une défiance générale face aux risques. A peine 13 % des Français ont la sensation d’avoir le contrôle total de leur sécurité sur Internet. Pis, 55 % des sondés craignent plus de se faire pirater leurs données bancaires sur un site marchand que de se faire voler leur portefeuille. La mobilité inquiète aussi les utilisateurs : 44% des sondés sont convaincus qu’il est plus facile de hacker un smartphone ou ordinateur portable qu’un PC fixe.

Quelques conseils pour éviter les pièges

– Appliquer les mêmes réflexes de prudence en ligne que dans la vraie vie en évitant par exemple de partager son mot de passe comme si c’était son code de CB.

– Bien tenir à jour tous ses logiciels à la fois sur PC mais aussi en téléchargeant les dernières versions avec correctifs des systèmes d’exploitation pour smartphones et tablette.

– Investir quelques euros dans un logiciel de protection et de surveillance afin de se prémunir contre les logiciels malveillants qui se cachent parfois dans des téléchargements illégaux ou dans des applications infectées.

le parisien.fr

Voir aussi

i tout se passe comme prévu, l'astronaute Thomas Pesquet sera le 10e Français à effectuer un voyage dans l'espace.REUTERS/Maxim Zmeyev

ESPACE Jour J pour Thomas Pesquet et la mission spatiale

Par Rfi.fr- A 20h20 TU, l’astronaute français et ses deux coéquipiers vont s’envoler pour la …