21 avril, 2014
Accueil » TECHNOLOGIES » Un jeune hacker français pirate 17 000 smartphones pour s’amuser
Un jeune hacker français pirate 17 000 smartphones pour s’amuser

Un jeune hacker français pirate 17 000 smartphones pour s’amuser

Arrêté mardi matin à Amiens, le hacker de 20 ans a dit « ne pas avoir conscience des risques ». Il a mis au point un virus visant Android, dont le préjudice est estimé à plus de 500 000 euros.
Le jeune hacker arrêté mardi à Amiens, soupçonné d’avoir mis au point un virus ayant infecté 17 000 smartphones pour plus de 500 000 euros de préjudice, affirme qu’il n’avait « pas conscience des risques » dans un entretien au Courrier Picard à paraître lundi. « Pour moi, les gens qui téléchargeaient les applications que j’ai copiées étaient dans l’illégalité.Elles sont payantes et ils les obtenaient gratuitement sur des sites illégaux », a expliqué le jeune homme de 20 ans, originaire d’Amiens, au quotidien.

Le hacker aurait mis au point plusieurs dizaines de types de virus depuis 2011, à destination de smartphones fonctionnant avec le système d’exploitation de Google, Android, selon l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication. Le jeune homme mettait à disposition des logiciels gratuits à télécharger qui, sans que l’utilisateur ne s’en rende compte, composait des numéros de téléphone surtaxés. Les utilisateurs recevaient alors des SMS contenant des codes qui permettaient, à leur tour, des micro-paiements via des sites piratés.

Diagnostiqué comme surdoué avec un QI de 150, le jeune homme s’est lancé dans ce piratage par jeu, selon le Courrier Picard. « J’étais au lit, et j’ai eu cette idée. Je n’avais jamais travaillé sur Android. Je suis allé à mon PC et je l’ai fait. Ça m’a pris une heure », a-t-il raconté. Il ajoute avoir ensuite laissé le système tourner sans « mesurer les conséquences ». Le jeune homme a été mis en examen pour escroquerie et piratage et placé sous contrôle judiciaire. Il est convoqué pour une audience le 8 novembre devant le tribunal correctionnel d’Amiens.

L’Expansion