téléchargement

Un mémorandum pour une pêche durable et équitable au Sénégal

BLa Coalition des acteurs de la pêche a profité de la Journée mondiale de l’océan, célébrée le 08 juin, pour remettre à l’État du Sénégal un mémorandum dans lequel elle lui présente des recommandations pour une pêche durable et équitable au Sénégal.

Huit années après la suspension de l’Accord de pêche entre l’Union européenne (Ue) et le Sénégal, les deux parties ont repris les négociations qui ont abouti à la signature, en 2014, d’un nouvel accord de partenariat pour « une pêche durable ». Toutefois, la Coalition des acteurs de la pêche se dit opposée à l’introduction, dans cet accord, de deux merlutiers qui, selon elle, n’est pas en phase avec les recommandations émises par le CRODT. Aussi, exige-t-elle du Gouvernement du Sénégal, de tenir compte, dans le cadre de la signature des accords avec des pays tiers, des recommandations des Organisations Régionales de Gestion des Pêches (ORGP). Mais également la participation et la concertation des acteurs, qui selon la coalition sont les fondements d’une bonne gouvernance dans le secteur de la pêche. À ce sujet, la CAP demande la redynamisation du Conseil National Consultatifs des Pêches Maritimes qui est un organe déjà cité dans l’ancienne loi et reconduit dans la loi 2015-18 portant Code de la Pêche Maritime. En ce qui concerne la gestion et l’exploitation des petits pélagiques, la CAP recommandent aux pays de la sous-région d’adopter une approche communautaire dans l’exploitation de ces ressources.
Sous ce rapport, elle invite l’État du Sénégal à user de tous ses moyens, au sein de la CSRP, pour la mise en place de politiques concertées (communes). Ce n’est pas tout. Dans son mémorandum, la CAP suggère une bonne politique de pêche, qui à son avis, passe par une maitrise de la capacité de pêche et la définition de critères d’accès à la ressource.

Mouhamadou BA

Voir aussi

cooperation_senegal-japon

Réhabilitation du port de Dakar: Le Japon injecte 22 milliards

Le Japon vient de mettre à la disposition du Sénégal des financements d’environ 22 milliards …