arton151742

UN PROGRAMME QUALITÉ EN GESTATION POUR DES BIENS ET SERVICES CONFORMES AUX BESOINS DES CONSOMMATEURS

Le programme système qualité de l’Afrique de l’Ouest, en phase de validation, devrait permettre aux pays concernés de mettre sur le marché des biens et services fabriqués et fournis conformément aux besoins et aux attentes des consommateurs, a appris l’APS, jeudi, à Dakar.

 « Nous ne pouvons pas aujourd’hui faire de l’industrie sans la qualité », a souligné le ministre sénégalais de l’Industrie et des Mines, Aly Ngouille Ndiaye.
Il présidait l’atelier de validation de la politique nationale de la qualité, avec la participation du Cap-Vert, de la Gambie, de la Guinée-Bissau et de la Mauritanie.
Dans le cadre du programme « Appui à la mise en œuvre de la politique qualité de la Cedeao », cette initiative, qui en est à sa troisième phase d’exécution, en est à troisième phase d’exécution, pour une durée de quatre ans et demi.
Doté d’un financement de l’Union européenne à hauteur de 12 millions d’euros, soit 7.871 milliards de CFA, cette initiative est mise en oeuvre suivant une approche inclusive qui a permis d’impliquer « au maximum les parties prenantes dans tous le processus de formulation », a expliqué Aly Ngouille Ndiaye.
‘ »Par le passé, nous avions eu deux phases financées par l’Union européenne qui nous a permis, entre autres, le renforcement de capacités, la définition de la politique qualité au niveau de la CEDEAO, la mise aux normes de laboratoires’’, a expliqué le ministre de l’Industrie et des Mines.
De son côté, le représentant de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), Victor D. Djemba, a assuré de l’engagement de cette institution onusienne à aider le gouvernement sénégalais à développer un plaidoyer de nature à faire adhérer les partenaires techniques et financiers à cette initiative.
« L’ONUDI attend l’adoption de cette politique nationale pour appuyer le Sénégal dans la formulation d’une politique qualité sectorielle axée sur la sécurité sanitaire des aliments », a-t-il dit.
Aussi a-t-il suggéré aux autorités sénégalaises la mise en place d’une structure nationale de coordination, sous l’autorité de la Primature, « pour mieux garantir le caractère transversal de cette politique ».

Voir aussi

telechargement-3

DONNÉES INFORMATIQUES AFRICAINES La Sonatel lance un « DATACENTER »

La Société nationale des télécommunications (SONATEL) est en train de finaliser les travaux de construction …