Accueil / CULTURE / Un spectacle sur procès d’émigrès clandestins ouvre la résidence théâtrale de Louga

Un spectacle sur procès d’émigrès clandestins ouvre la résidence théâtrale de Louga

La première édition de la Résidence du festival international de théâtre de Louga regroupant une quarantaine d’artistes venus des régions, du Maroc et de la France, s’est ouvert mardi par un procès de deux émigrés clandestins dans un tribunal européen, a constaté l’APS.
Le procès a été dirigé par un magistrat français en présence d’un procureur de même nationalité et d’un avocat sénégalais de la défense.

Deux émigrés clandestins venus de Yarakh et fortement malmenés par l’accusateur français qui a qualifié leur acte de tous les noms, n’ont eu leur salut qu’à la compréhension du président du tribunal qui a suivi la plaidoirie axée sur l’urgence sociale par l’avocat sénégalais des passagers de pirogues de fortune.

Le spectacle riche en couleur et révélations a mérveille le nombreux public de la grande salle du centre culturel régional.

Initié par l’association des volontaires des échanges culturels de Louga (VEC) et financé à hauteur de 3 millions de francs par le Programme de soutien aux actions culturelles (PSAC), cet atelier de 15 jours qui sera conduit par 8 formateurs devrait permettre d’outiller les artistes des régions invitées en matière de théâtre forum.

Ces artistes venus de Diourbel, de Louga, de Kaolack, de Thiès, de Saint-Louis, de Yarakh, du Maroc et de la France vont échanger leurs expériences sur le théâtre forum, partager des idées pour la redynamisation du secteur du théâtre, a indiqué le directeur de la résidence Ibrahima Ndoye Lébou.

Les différents quartiers de la ville vont accueillir pendant une quinzaine de jours des productions artistiques de ses troupes en plein air pour faciliter le rapprochement entre les artistes et le public, a précisé M. Ndoye.

Se réjouissant de la tenue de l’évènement qui rassemble des acteurs autour d’une réflexion sur le devenir du théâtre, le président du FESFOP, Babacar Sarr, a invité acteurs et autorités à faire de la culture un vecteur du développement durable, et de continuer à explorer le chemin de la formation et de la mise à niveau ainsi emprunté.

M. Sarr a fait du choix du projet VEC sur les 8 premiers reçus par le PSAC une source supplémentaire de satisfaction et d’encouragement.

Pour sa part, l’adjoint au maire de Louga, Mbaye Sall, qui a regretté que la municipalité ne fait pas toujours ce que les acteurs culturels attendent d’elles, les a toutefois invités à persévérer dans la formulation des demandes de soutien.


À voir aussi

Maroc-Sénégal Farssi immortalise les relations historiques entre les deux pays

Professeur titulaire à l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar,  Sidi Mohamed Farssi vient de publier un …

«Le réveil des lions» Laye ‘’Ananas’’ dédie une fresque aux Gaindés du Foot

La compagnie de danse, « Lions of Africa », dirigée par Abdoulaye Dieng dit Laye Ananas, a …