SOCIETE

UN TROUPEAU D’ANES SUSPECT À ZIGUINCHOR Les populations craignent pour leur consommation 

  • Date: 23 juin 2016

Dimanche dernier, un troupeau d’une vingtaine d’ânes est arrivé dans la capitale Sud du pays. Même s’ils ne sont pas destinés à la consommation, les populations commencent à douter de la viande vendue sur le marché. Aujourd’hui, nombreuses sont les femmes de ménage qui n’achètent plus de viande de bœuf dans le marché. Les autorités sont interpellées.

La psychose de la viande d’ânes dans les marchés de Dakar a-t-elle gagné la capitale Sud du pays ? En tout cas, une question qui fait couler beaucoup d’encre dans cette région, et pour cause. En effet, dimanche dernier, un troupeau d’ânes est arrivé dans la Commune de Ziguinchor, aux environs de 19 heures. Même si ce n’est pas une première fois que des ânes soient embarqués à Ziguinchor, mais cette fois la polémique sur la vente de la viande de cet animale dans les marchés de Dakar a rendu perplexe les populations du Sud du Sénégal. Un tour au marché de Boucotte, dans la Commune de Ziguinchor et dans certains lieux de vente de viande, nous a permis de constater que les populations du Sud n’ont plus l’esprit tranquille devant cette viande vendue dans le marché. Leur crainte, c’est de voir le phénomène de Dakar arrivé à Ziguinchor. « Nous doutons fort de cette viande c’est pourquoi nous préférons le poulet à défaut nous achetons le poisson pour nos repas », nous rapporte la dame D. B qui venait juste de finir de faire ses achats au marché Boucotte de Ziguinchor. « Nous avons très peur qu’on nous fasse consommer de la viande d’âne comme nous l’avons appris à travers les médias à Dakar », nous confie-t-elle, confuse. Cette dernière, pour nous prouver qu’elle n’achète plus de viande au marché comme avant nous dévoile tout ce qu’elle a dans son panier. « Vous avez vu de vos propres yeux, aucun morceaux de viande dans mon panier, seulement du poisson et quelques légumes. Si mon mari me demande du « Thièbou Yapp », (du riz à la viande) ; c’est simple, j’achète un poulet pour le satisfaire », dixit notre interlocutrice D. B.

À côté d’elle, se trouve sa compagne. Celle-ci abonde également dans le même sens. « Moi, je vie dans une famille qui n’est pas très à l’aise parce que mon mari se débrouille pour nous trouver moi et mes enfants à manger. Autant, quand je prépare du riz à la viande, j’achetais au marché les tas de viande qui était à notre portée. Mais à partir de ce moment, c’est difficile parce que vous-même vous savez que le poisson est très chère à Ziguinchor. Et vous comprenez avec le Ramadan, c’est vraiment dure de vivre cette situation », indique-t-elle, les larmes aux yeux.

Chez les bouchers, le chiffre d’affaires est en baisse

Père de famille, I. S nous accorde une longue interview sur la question qui défraie la chronique au Sénégal, ces derniers jours. Devant notre micro, notre homme donnait l’impression qu’il n’attendait que ce jour pour vider son sac sur cette affaire de viande d’âne dans le marché dakarois. « Écoutez Mr le journaliste, c’est vraiment inimaginable ce qui s’est passé à Dakar. Hier, seulement, un de mes cohabitant m’a informé de l’arrivage d’un troupeau d’ânes à Ziguinchor. Et ça, c’est vraiment inquiétant. Vous savez, ce qui est arrivé à Dakar peut bien nous arriver nous autres. Donc, nous interpellons nos autorités, qu’ils viellent aux grains avant que l’irréparable ne soit connu des Ziguinchorois », lance-t-il.  Le Sénégal étant un même peuple, l’affaire de la viande d’âne dans les marchés de Dakar a vite impacté négativement chez les bouchers de la capitale Sud du pays. Aujourd’hui, rare sont les Ziguinchorois qui s’achètent même un seul kilogramme de viande au marché. « Nous ne vendons plus de viande comme avant. Nos clientes ne viennent que rarement et nous les comprenons. Ce n’est pas de leur faute, nous même qui sommes dans ce secteur craignons beaucoup », renseigne un boucher trouvé assis dans sa cantine au quartier Néma de Ziguinchor.

Abdourahmane DIALLO (Correspondant à Ziguinchor)

Les Plus Populaires
Les plus commentés
Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15