Accueil / CULTURE / Une journée avec le nouveau ‘Cheikh’ Demba Dia Rock Mbalax

Une journée avec le nouveau ‘Cheikh’ Demba Dia Rock Mbalax

C’est le sujet préféré des Sénégalais du moment. Demba Dia alias Rock Mbalax a été élevé au rang de Cheikh dans la confrérie Tidjania. C’est Thierno Habibou Montaga Daha Tall qui en a décidé ainsi le samedi 5 mai. Pendant que la polémique s’amplifie, le tout nouveau Cheikh lui vaque à ses occupations comme d’habitude…ou presque. Eh oui, notre rockeur national suivi pendant une demi-journée nous fait découvrir une face cachée de sa personnalité.
Trouvé à la grande mosquée Seydou Nourou Tall, sis sur la corniche ouest, Rock nous montre un autre visage. Loin, même très loin du fougueux crooner que nous avons l’habitude de voir sur scène. Sous une peau de Lion, Demba cache un agneau. Assis à droite de son marabout, à même le sol, dans l’enceinte du mausolée, Rock a oublié son mbalax. Habillé d’une demi-saison bakha, un bonnet multicolore sur la tête, les yeux mis clos, il est plongé dans la récitation de versets du Coran. Tous autour psalmodient. C’est la séance du « Wajifa » à laquelle il assiste tous les vendredis matin quand il est au pays. La prière terminée, son mentor prend la parole.

C’est l’instant de vérité. Pour les sceptiques, Thierno Habibou Mountaga Daha Tall a tenu à mettre les points sur les i. S’exprimant en Pulaar, il explique que la décision d’élever son talibé au rang de cheikh est une prescription divine qui lui avait été transmise dans un songe. Des rêves, il y en a eu juste avant l’intronisation de notre tout nouveau marabout. Abou Diabaye, son chargé de communication, en Pulaar, nous raconte que lui-même en a fait un qu’il décrit comme un missal (un signe divin) de l’événement.

Après les témoignages et prières de son guide, Demba prend congé. Direction la pâtisserie Médina où le Cheikh prendra un café au lait, des croissants et un jus d’orange en guise de petit-déjeuner avec bien sûr Abou son conseiller de cheikh (il a lui aussi été élevé au rang de cheikh le même jour que son patron) ainsi que Karim, l’un de ses collaborateurs et l’équipe de votre canard. Abou s’inquiète du traitement de l’information que pourrait faire la presse de l’événement.

Des journaux sont achetés lus et commentés avant le départ pour « Rock City », ses bureaux aux Parcelles Assainies. L’homme d’affaires explique qu’il n’a pas l’intention d’arrêter son business parce qu’il est devenu cheikh. «Je vais continuer à faire de la musique. C’est mon métier » nous lance-t-il à la question sur l’incompatibilité de son nouveau statut et le showbiz. Arrivée aux Parcelles Assainies, une mauvaise surprise l’attend.

Dame Senelec a encore fait des siennes. Pas de courant, donc pas de boulot d’autant que Ntic oblige, ses outils ne fonctionnent pas. Il prend son cellulaire, passe quelques coups de fils pour avertir ses collaborateurs de son handicap momentané. Karim sert du café pour réveiller les sens. Interpellé sur ce soudain revirement, il prend à témoin Karim et Paco, un autre de ses collaborateurs qui s’est par ailleurs constitué en « Beukenek ». «Je savais que ça devait arriver ».

Et les autres d’ajouter en chœur : « ah oui, la semaine passée, il nous a dit : « avant la fin de cette semaine, il va nous arriver quelque chose d’extraordinaire. » Rock ne s’arrête pas là. Il soutient être le marabout de Michael Schumarer le pilote de formule 1. Entre cafés, cigarettes et discussion, la matinée passe vite. Vers 11h, deux autres de ses collaborateurs arrivent pour une petite séance de travail en prélude au festival sur la culture pulaar qu’il prépare pour les 9 et 10 juin prochains.

Vers midi, le cheikh qui a enlevé ses rastas la veille veut aller jusqu’au bout en se rasant. Boule à zéro ? Cap chez son coiffeur attitré, le bonnet enlevé, la tignasse attaquée par la tondeuse, Rock sourit avant de lancer un « lah ilaha Ila lah ». C’est que cela faisait plus de 25 ans qu’il n’a pas quitté sa tignasse. Il demande au coiffeur de lui en laisser juste un petit bout au front. Mais ce dernier à vite fait de l’en dissuader.

Notre homme nous paraît désemparé, perdu devant son nouveau look de cheikh. Mais selon lui c’est juste une histoire d’habitude. Comment allait réagir ses épouses sur sa nouvelle coiffure ? il éclate de rire avant de nous lancer : « elles vont dire, sou gnou dof sopékou na dé » .

Demba raconte qu’il sait lire l’avenir. « Il y a beaucoup de gens, j’ai vu leur mort et ils ne sont plus là ». De retour au bureau, du monde attendait impatiemment le Cheikh pour une séance de « Siar ». Tout y était. Des adiyas des uns, aux chants des autres, en passant par une belle prestation du jeune Dagor Mbaye de Tivaoune. Mère « boom boom » aussi était de la partie. La vieille dame n’a pas manqué de montrer son amour pour celui qu’il présente comme son fils adoptif avant de lui prodiguer quelques conseils et mises en garde.

Interpellé une fois de plus sur la charge qu’il a dorénavant, Rock soutient être prêt pour plus que ça. «Je peux gérer plus que ça ». Avant de nous avouer : «Pendant les dernières Six heures de Dakar! Ils m’ont jeté des sorts pour que je perde pendant plusieurs années. Mais cette fois-ci, j’ai pris mon chapelet à temps et ils se sont tous arrêtés avant l’arrivée et je suis passé devant ! » « Euskeuye ! Cheikh Demba Dia Rock Mbalax ! kone bok !Gnou Ziar » !!!


À voir aussi

Thione Seck s’épanche- Les Faux billets, Modou Kara, Youssou Ndour – Le lead vocal du Raam daan dit tout

Absent de la scène musique depuis quelques temps, Thione Seck compte signer son retour avec …

Visite de Macron au Sénégal Les acteurs culturels dévoilent la face cachée entre Paris et Dakar

 La visite du Président des français au Sénégal suscite beaucoup de réactions. Les acteurs culturels …