UNIVERSITÉ ASSANE SECK DE ZIGUINCHOR Le recteur accusé de malversation financière

Les travailleurs de l’Université Assane Seck de Ziguinchor ont envahi, jeudi très tôt, les rues de la capitale régionale. Ils protestent contre plusieurs faits dont la mal gouvernance de l’université. Le recteur Khourfia Kéba Diawara est accusé de malversation financière. 

Au moment ou un colloque se tient à l’Université Assane Seck de Ziguinchor (UASZ), en présence du personnel administratif et de plusieurs acteurs du système éducatif de la région, les travailleurs de l’institution, eux, ont envahi ce jeudi les rues de la capitale du sud du pays. Des pancartes à la main, des brassards rouges arborés, ces travailleurs ont tenu par cette marche à dénoncer plusieurs maux que vit l’université. « Aujourd’hui on est dans les rues pour plusieurs raisons. Comme vous le voyez tous, nous avons l’ensemble de la collectivité de l’université qui a décidé de marcher aujourd’hui, sur initiative propre du syndicat autonome des travailleurs des universités et des CUR (SATUC,) section de l’université Assane Seck de Ziguinchor. Nous sommes dans les rues ce matin parce qu’à l’UASZ, rien ne marche. C’est pourquoi nous dénonçons plusieurs facteurs, en premier l’insuffisance du budget de l’université qui, depuis longtemps, est resté stable. Donc c’est une des questions majeures de notre marche d’aujourd’hui », a émis devant la presse, le secrétaire général du SATUC, Sidaty Sané. Les travailleurs de l’UASZ ont également dénoncé, vigoureusement, la mal gouvernance de l’université. « Ce que nous avons constaté aujourd’hui, c’est qu’il y a une mal gouvernance qui persiste depuis quelques années et qui est en train de plomber l’université. L’UASZ ne marche pas parce que les autorités qui sont censées la gérer sont perdues et ne savent pas où mettre les pieds », révèle M. Sané.

Le recteur accusé de malversation financière

Cette marche a été une parfaite occasion pour les travailleurs de l’UASZ de décrier la gestion du recteur Khourfia Kéba Diawara qu’ils accusent de malversation financière. « Nous avons un recteur politique qui, aujourd’hui, utilise les deniers publics dans des activités qui n’ont rien à voir avec le développement de l’université. Il passe tout son temps à voyager au frais des fonds de l’institution », s’indigne Sidaty Sané. Les travailleurs de l’université Assane Seck ont invité les autorités à veiller sur cette institution qui traverse depuis plusieurs années des moments difficiles. D’ailleurs, les étudiants ont décidé d’officialiser la fermeture de l’université le 19 décembre prochain pour réclamer à l’Etat la mise en place effective du Crous. Une décision irrévocable, selon Malick Niang, président de l’amicale des étudiants de l’UASZ.

Abdourahmane DIALLO

Voir aussi

KAOLACK : 29 BÉNÉVOLES DE LA KUCSS POUR APPUYER LES VOLONTAIRES DE LA KOICA

Vingt-neuf bénévoles de la Korean university council for social service (KUCSS) sont venus spécialement de …