Accueil / Education / Université Assane Seck : des étudiants de l’UFR santé réclament de meilleures conditions pédagogiques

Université Assane Seck : des étudiants de l’UFR santé réclament de meilleures conditions pédagogiques

 

Les étudiants de l’UFR des sciences de la santé de l’Université Assane Seck de Ziguinchor (Sud) réclament  de meilleures conditions pédagogiques sociales pour que leur formation soit plus solide. »L’UFR des sciences de la santé a été délocalisée de l’Université Assane Seck depuis janvier dernier. Elle rencontre des problémes d’infrastructures, pédagogiques et sociales » , a déclaré le président de l’Amicale des étudiants, Ndiouga Bâ, lors d’un point de presse. Il a précisé que cette UFR dont les locaux ont été délocalisés au quartier Yamatogne, comprend 3 salles de cours pour 183 étudiants répartis en licence 1 et 2, master 1 et 2. Le président de l’amicale des étudiants en santé a déploré la lenteur des travaux de construction d’un bâtiment pédagogique qui ont démarré depuis un mois. Il a dit craindre que les nouveaux bacheliers ne soient confrontées au problème de salles cours lors de la rentrée académique prévue au mois d’octobre prochain. L’étudiant a indiqué que la promesse du ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche, Mary Teuw Niane de doter leur faculté de 4 laboratoires tarde à se concrétiser. Il a déploré des problèmes d’insécurité dans cette UFR qui ne dispose pas de clôture, évoquant des cas de vol de tables-bancs, de chaises, de motocyclettes. Ndiouga Bâ a réclamé la construction d’un restaurant dans les locaux de l’UFR des sciences de la santé pour permettre aux étudiants de suivre correctement les cours. Il a fait part de la disponibilité des enseignants qui viennent des universités de Dakar, de Thies et de Saint-Louis. « Nous voulons des enseignants qui restent surplace pour que la formation médicale soit beaucoup plus solide. L’UFR des sciences de la santé va assurer le plateau médical de la région naturelle de la Casamance et de la sous-région (Guinée-Bissau et Gambie), a-t-il dit. « Donc, l’Etat du Sénégal doit mettre les moyens pour que les médecins qui sortiront de cette université puissent assurer la santé publique des populations’’, a plaidé le président de l’amicale des étudiants en santé.

Avec Aps

 

Share This:

À voir aussi

KAOLACK : L’IA APPELLE À RÉFLÉCHIR SUR LES ‘’RÉSULTATS CATASTROPHIQUES’’ DU BAC TECHNIQUE

L’inspectrice d’académie de Kaolack (centre), Khadidiatou Diallo, a fait part de la nécessité de mener …