telechargement

USURPATION  DE FONCTION A PIKINE EST Un «agent» municipal arrêté par la police

Les agissements délictuels de Khalil C. contre des boutiquiers établis dans la banlieue dakaroise, ont été dénoncés au commissariat de police de la commune de Guinaw-rails. Il a été piégé et mis au frais par les limiers de la localité.

La terreur des boutiquiers de la banlieue dakaroise est tombée dans la nasse. Il s’agit du nommé Khalil C., domicilié aux Hlm Guédiawaye. Tantôt, il se faisait passer pour un agent municipal de la mairie de Pikine Est, tantôt il se disait agent des impôts et domaines. Et réclamait à tout va le versement des patentes variant entre 35.000 et 50.000 Fcfa aux boutiquiers. Il empochait ensuite l’argent et remettait de fausses quittances aux commerçants. Il a accroché plusieurs boutiquiers à son tableau de chasse avant d’être arrêté.
Tout a basculé pour le vrai faux agent municipal doublé d’agent des impôts et domaines Khalil C. dans la journée du jeudi 6 octobre au quartier Wakhinane de Pikine Est. Il venait de sortir d’une boutique où il a utilisé son habituel modus operandi pour soutirer de l’argent au commerçant. Ce jour-là, il a affiché de grands airs devant le boutiquier et lui a réclamé la somme de 50.000 Fcfa en guise de versement de patente. Le commerçant trouve le montant excessif et refuse de s’exécuter.
Il se pavanait à bord d’un clando affrété et rackettait les boutiquiers
Khalil fronce les sourcils et menace de fermer la boutique du marchand. Il griffonne quelques mots sur un bout de papier,  sort son téléphone portable et feint de communiquer avec son chef hiérarchique de la division des recettes et de fiscalité de la mairie de la commune de Pikine Est. Le boutiquier panique, se jette aux pieds du prétendu agent municipal et lui propose 35.000 Fcfa. Ce dernier accepte l’offre, fait des réprimandes au bonhomme, s’engouffre dans un taxi clando et disparait. Mais, au moment d’embarquer, un employé de l’institution municipal qui est tombé sur la scène de dispute, attend le départ du gus et interpelle le marchand. Qui lui raconte avec force détails le contenu de son conciliabule avec «l’agent collecteur».

L’employé de la mairie manque de tiquer et câble le maire Issakha Diop qui dépose une plainte au commissariat de police de Guinaw-rail. Le chef de division des recettes et de fiscalité de l’institution municipale fait pareil et confirme ladite plainte du premier magistrat de la commune. Le patron du commissariat, Omar Ba Diédhiou, lieutenant de police, ouvre une enquête, localise le conducteur du taxi clando et l’interpelle. Il confisque sa carte grise, lui confectionne une attestation et promet de lui restituer les documents à condition qu’il coopére pour permettre l’arrestation du faux agent.

Il a fait plus de victimes à Yeumbeul, Malika et Keur Massar

Conscient de la courte durée légale de validité de son attestation, renseignent toujours nos sources, le conducteur du taxi clando, redoutant une éventuelle interpellation par les forces de sécurité, aide les flics en civil de Guinaw-rails à appréhender le vrai faux employé des impôts et domaines le vendredi 7 octobre, vers 11h 30, à Bountou Pikine où le nommé Khalil trouvé à bord du véhicule, avait loué à nouveau les services du taximan pour aller à la pêche aux boutiquiers analphabètes balèzes. On apprend qu’il a fait plus de victimes à Yeumbeul, Malika et Keur Massar.
Face aux accusations, Khalil C. dégage en touche et soutient faire le tour des boutiques de la banlieue dakaroise en vue de leur proposer un projet de vente de poulets. Mais, les allégations du gus n’ont point convaincu les limiers qui lui ont décerné un ticket tous frais payés pour un repos forcé à la citadelle du silence de Rebeuss. Une confrontation entre des victimes plaignantes et l’accusé a perdu ce dernier.

Sada Mbodj

Voir aussi

ousmane-sow-000_par8176555_0

Mort d’Ousmane Sow, le sculpteur de l’esprit et de la matière

Rfi.fr- Le sculpteur Ousmane Sow, surnommé « l’Auguste Rodin du Sénégal », est mort ce …