SANTE

USURPATION DE FONCTION ET EXERCICE ILLÉGAL DE LA MÉDECINE Kéba Sakho et Ibrahima Tall risquent la prison

  • Date: 17 février 2016

Le Dr en pharmacie, Bassirou Fall, a attrait, hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar, les sieurs Kéba Sakho et Ibrahima Tall, pour usurpation de fonction, exercice illégale de la médecine et vente de produits prohibés. Le procureur a requis à charge et le verdict sera connu demain jeudi 18 février 2015.

Les sieurs Kéba Sakho et Ibrahima Tall ont été attraits, hier, à la barre du Tribunal des flagrants délits de Dakar pour usurpation de fonction, exercice illégal de la médecine et vente de produits prohibés. En effet, c’est le Dr en pharmacie, Bassirou Fall, qui a porté l’affaire devant la justice. Interrogés, les mis en cause ont nié tout simplement les faits. Selon Kéba Sakho, il est le responsable moral d’une association dénommée « Organisation rééducation islamique du Sénégal ». Il s’agit d’un établissement scolaire qui reçoit des centaines de personnes. Sakho a expliqué aux juges, hier, que c’est lui-même qui a pris l’initiative, à travers son organisation, de créer un dispensaire pour soigner les élèves malades. Dans le cadre des démarches pour la mise en place du district sanitaire, Sakho a sollicité et obtenu une autorisation sous la couverture du Dr Guindo, par ailleurs, ancien chef de l’hôpital Roi Baudouin. « C’est le Dr Guindo, chef du district, qui nous livrait les médicaments et lorsque celui-ci a quitté nous nous sommes orientés vers quelqu’un d’autre qui habite à Fass Mbao », a-t-il déclaré. Parlant de son coprévenu, Sakho a soutenu que Ibrahima Tall n’a pas été engagé pour faire un travail de pharmacien mais suivre les commandes passées par les médecins. Ses déclarations réconfortent celles de Tall qui avait soutenu devant les limiers que son rôle consiste à assurer la sécurité, orienter les malades et leur fournir des médicaments prescrits dans les ordonnances. Il était également engagé pour procéder à la commande de médicaments. C’est la raison pour laquelle, renseigne-t-il aux juges, il ne connait rien de cette procédure qui leur a valu une comparution devant un juge pénal.

Le procureur a requis à charge contre les prévenus

Entendu en qualité de témoins, Mbaye Bane Infirmier, Seyni Sy Dr et Marième Sakho Sage-femme d’État, ont tour à tour soutenu qu’ils ne connaissent pas la provenance des médicaments. À les croire, ils savent seulement que c’est l’un des prévenus notamment Ibrahima Tall qui était chargé de la livraison des médicaments aux malades. Les témoins précisent que le dispensaire n’a pas d’autorisation mais plutôt un avis relatif. Prenant la parole pour ses réquisitions, le substitut du Procureur estime que les témoins ont donné une autre version que celle livrée par les mis en cause. Selon le maître des poursuites, les prévenus s’approvisionnent dans le marché noir. Non sans suivre les règlements ou les normes de la médecine. « Ils ne se soucient même pas de ce qui peut arriver à ceux qui vont dans cette structure pour se soigner. Les faits sont très graves c’est pourquoi, je vous demande de les déclarer coupables. Pour Kéba Sakho, il faut le condamner à une peine d’emprisonnement de 6 mois dont 3 mois fermes. Concernant Ibrahima Tall à une peine d’un an dont 6 mois fermes », a requis le maître des poursuites.

Pour sa part, la défense a soutenu que cette structure sanitaire a été mise sur pied pour aider les populations démunies. La robe noire estime que tout le monde n’a pas les moyens de se rendre dans les hôpitaux pour se soigner. Toutefois, la défense estime que c’est à cause de la concurrence que le plaignant a porté plainte pour freiner l’activité des prévenus. C’est sur le bénéfice de ces observations que la robe noire a plaidé pour la relaxe pure et simple. Le tribunal s’est accordé un délai de réflexion et l’affaire sera vidée demain jeudi 18 février 2016.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15