SOCIETE

USURPATION DE FONCTION ET VIOL Le « gynécologue » écope de 2 ans de prison ferme et une amende de 2 millions F Cfa

  • Date: 15 avril 2016

Moniteur en pharmacie, M. Ba a été condamné, hier, à 2 ans de prison ferme avec une amende de 2 millions F Cfa pour avoir donné des somnifères à des patientes avant de les violer. Il a été reconnu coupable des délits d’administration de substances nuisibles à la santé, usurpation de fonction et viol.
2 ans de prison ferme avec une amende de 2 millions F Cfa, telle est la peine que le tribunal a infligée, hier, à M. Ba. Moniteur en pharmacie, il a été attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar pour répondre des délits d’administration de substances nuisibles à la santé, usurpation de fonction et viol. Devant les juges, D. Diatta, jeune étudiante à l’école des douanes a raconté l’un des moments les plus malheureux de sa vie. À l’en croire, un jour alors qu’elle rentrait chez elle, elle a fait la connaissance du mis en cause dans un ”clando”. Lors de leur conversation, M. Ba a fait savoir à l’étudiante qu’il est gynécologue et il travaille à l’hôpital Aristide Le Dantec. Ainsi, il a donné son numéro à la fille à qui, il a demandé de le contacter. « Le jour du référendum, je l’ai appelé parce que j’avais très mal. M. Ba m’a dit de prendre un médicament avant de me demander de passer chez lui pour recevoir d’autres médicaments », a expliqué la fille aux juges. Avant d’enchaîner : « Lorsque je suis venue, il a contrôlé ma tension avant de me dire que je vais bientôt mourir. Sur place, il m’a donné un médicament et je me suis endormie quelques instants après ». À la question de savoir combien de temps a duré son sommeil, la plaignante a soutenu qu’elle est venue de 9 heures jusqu’à 13 heures. Selon la dame, c’est pendant ces instants qu’elle a été violée par le prévenu. Il faut dire qu’une perquisition du domicile de l’accusé a permis aux enquêteurs de découvrir des médicaments, des gants, une boîte de préservatifs déjà entamée, des somnifères, entre autres produits. Par ailleurs, le certificat médical atteste une pénétration et la défloraison de l’hymen.
Le procureur avait requis 10 ans ferme
Interrogé, le mis en cause a nié en bloc les faits qui lui sont reprochés. Pis, indique-t-il, il n’a jamais fait la connaissance de la dame et ceci ne serait qu’un coup monté. Pour le mis en cause, c’est la fille qui est la première à l’appeler.  «  Il arrive, dans le cadre de notre travail, que des gens nous appellent sans pour autant qu’on ne les connaisse. Je dois également vous dire qu’on m’a volé mon téléphone il y a de cela deux semaines », a-t-il déclaré. Interpellé sur son travail, il indiquera qu’il est pharmacien. Pour sa part, le témoin, B. Thiam a confirmé les propos de la plaignante dans ses déclarations. Selon lui, il voyait souvent des filles entraient dans l’appartement du mis en cause. Non sans savoir le travail de celui-ci.

De son coté, le représentant du ministère Public estime que les faits sont constants. Et, il y a assez d’éléments qui prouvent la culpabilité du prévenu. Il a fait allusion aux produits découverts chez le prévenu et les déclarations de la plaignante et du témoin. Sur ce, il a requis 10 ans de prison ferme. Un réquisitoire jugé trop sévère par la défense selon qui, il y a un doute qui plane dans ce dossier. Ainsi, a-t-elle plaidé la relaxe au bénéfice du doute. En rendant sa décision, le juge a condamné le prévenu à 2 ans d’emprisonnement ferme avec une amende de 2 millions F Cfa.

Cheikh Moussa SARR

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15