Accueil / ECONOMIE / Vente de cigarettes Les travailleurs de la Mtoa dénoncent une fraude sur le marché

Vente de cigarettes Les travailleurs de la Mtoa dénoncent une fraude sur le marché

C’est des travailleurs inquiets de la Mtoa qui ont fait face à la presse pour crier leur détresse. Selon le responsable de la gestion industrielle, par ailleurs porte-parole du jour, ils ont noté de la fraude sur le marché. Pour Seydina Alioune Niang, les autorités doivent appliquer la loi dans toute sa rigueur pour réglementer le marché.   

Seydina Alioune Niang, responsable de la gestion industrielle, a fait montre de l’inquiétude des travailleurs de la Mtoa par rapport à une fraude. A l’en croire, il y a une cigarette qui a été interdite sur le marché et on ne la retrouve plus sur les matières de la Mtoa. Par contre, ce qu’ils ont remarqué, selon le responsable de la gestion industrielle, c’est qu’ils voient une autre facette de cette cigarette qui est en train de circuler dans le pays et c’est de la fraude. C’est sur ces entrefaites qu’ils ont convié la presse pour alerter les autorités de ce pays. « On a averti et on a crié avant mais, on constate que ça y est sur le marché.

Et si ça continue, ça va impacter sur la société, ça va impacter par la baisse de notre activité parce qu’on a interdit la cigarette, on ne la fabriquait plus. Ça baisse notre chiffre d’affaires », a dénoncé Seydina Alioune Niang selon qui, le message que les travailleurs de la Mtoa veulent lancer aux autorités, c’est par rapport à la loi parce qu’ils sont une société responsable. « Comment ?  Nous avons tout fait pour appliquer la loi dans sa rigueur. Étant une société responsable, on s’est organisé pour ne pas avoir des pertes d’emplois considérables. C’est le cas parce que les journaliers ne travaillent plus.

Nous avons entendu que la fraude est organisée par l’industrie du tabac. Nous trouvons que ces propos sont graves parce que nous ne pouvons pas fabriquer des cigarettes qui sont des contrefaçons ni les importer », a-t-il dit. Avant de poursuivre : « au contraire, ce que nous pouvons faire, c’est lancer des cris de détresse pour demander aux autorités d’appliquer la loi dans toute sa rigueur pour tout le monde. On se rend compte que si vous parcourez les boutiques, il y a des paquets de cigarettes qui n’ont pas de photos. À Tamba par exemple, nous avons constaté qu’il y a une forte pénétration de la fraude qui est arrivée jusqu’à Dakar et qui a inondé le marché ». Toutefois, avertissent les travailleurs, si rien est fait, ils comptent sortir dans la rue pour crier leur détresse parce que, disent-ils, « la loi c’est la loi ».

Cheikh Moussa SARR

À voir aussi

Yérim Sow gagne le marché de la Gestion du Cargo village de l’AIBD

REWMI.COM- Le Groupe Teyliom, investisseur de référence en Afrique de l’Ouest, est devenu, avec le …

Partenariat Sénégal/Indonésie : Un nouveau réseau ferroviaire en vue

REWMI.COM- Les gouvernements Sénégalais et Indonésien sont en pleine négociation pour la construction du réseau …