27 novembre, 2014
Accueil » ECONOMIE » Vente du ciment à Kolda :La flambée du prix trouble le sommeil des promoteurs immobiliers
Vente du ciment à Kolda :La flambée du prix trouble le sommeil des promoteurs immobiliers

Vente du ciment à Kolda :La flambée du prix trouble le sommeil des promoteurs immobiliers

La multiplication des chantiers, avec le retour des émigrés au bercail, a dopé le prix du ciment dans la ville de Kolda (sud-est) et ses environs où le prix de la tonne de ciment atteint parfois 95.000 francs, a constaté le correspondant de l’APS. Le prix de la tonne se négocie à 95.000 francs sur le marché de Kolda, alors que le prix conseillé est de 80.000 francs. Cette spéculation sur le prix du ciment s’explique par la forte demande occasionnée par le retour des émigrés qui construisent un peu partout dans Kolda et ses environs.
Les bâtiments en chantier ne se comptent plus dans cette partie du Sénégal depuis quelques années. En raison de la forte demande sur ce produit, les émigrés, plus fortunés, que les résidents locaux, se livrent à une véritable démonstration de force en s’arrachant à prix d’or les stocks de ciment disponibles. Salif, un enseignant indique : ‘’j’ai engagé des travaux de construction d’un bâtiment de trois pièces. Malgré mon prêt, je n’arrive toujours pas à satisfaire les besoins notamment en ciment, dont la tonne vendue à 80.000 francs, est actuellement passée à 95.000f à cause des expatriés qui payent à ce prix sans facture, faisant l’affaire des commerçants ». Cet avis est partagé par nombre de Koldois interrogés sur les causes de la flambée du prix du ciment. Mariama, la quarantaine, estime qu’avoir du ciment à Kolda est devenu plus difficile. ‘’Beaucoup de chantiers sont bloqués à cause de la flambée des prix et la forte demande des émigrés qui construisent partout dans la ville », a-t-elle expliqué.

Ibrahima, un expatrié ayant trois chantiers en cours d’exécution, indique, de son côté, que ‘’nous n’avons rien à voir avec une augmentation du ciment ». ‘’Nous sommes confrontés à un problème de délais. Nous devons retourner dans nos pays d’accueil. Nous avons le désir de voir démarrer le plus vite possible nos chantiers pour éviter des problèmes », se défend-il. Pour d’autres émigrés, par contre, dans certaines familles, confier des chantiers à des proches crée souvent des risques de ne pas voir son bâtiment achevé. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles ils sont prêts à payer la tonne de ciment à n’importe quel prix. Du côté des commerçants, on réfute les accusations de hausse illicite, sans délivrance de facture. Diallo, commerçant explique, que ‘’malgré nos charges, nous n’avons jamais vendu du ciment à ce prix-là ». ‘’Ici, les gens parlent beaucoup et n’agissent qu’en fonction de leurs intérêts », estime-t-il.

Pour sa part, le service du commerce veille, selon une source proche de la direction, au respect des règles qui régissent le secteur du commerce. Face aux complaintes des populations, les autorités locales demandent à tous ceux qui achèteraient du ciment au prix de 95.000 francs la tonne de se procurer une facture. Des sanctions pourraient être prises contre les commerçants véreux qui se livrent à une spéculation sur le ciment.