Accueil / FAITS DIVERS / VENTE ILLICITE DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES : El hadji Diop écope un mois ferme

VENTE ILLICITE DE PRODUITS PHARMACEUTIQUES : El hadji Diop écope un mois ferme

THIES : En dépit des mesures prises par les autorités pour mettre un terme à la vente illicite des médicaments qui sont généralement d’origine douteuse, les détenteurs de pharmacie dites par terre et autres marchands ambulants refusent toujours de baisser les bras. Les produits sont vendus dans les marchés, boutiques. Ils sont pour la plupart des secondes mains pour ne pas dire contrefaits, “ made in Nigéria ”. Ils sont à la portée de toutes les bourses et sont connus par toutes les couches sociales de la population, du riche au plus démuni. Paracétamol plus connu sous le nom de niokète, aspirine, nivaquine, auréomycine, médicaments contre l’asthénie physique, voire sexuelle, etc. Ils sont cédés aux demandeurs sans tenir compte de la posologie ( dose), des contre-indications, des effets indésirables, de l’âge, entre autres.

Source Le Soleil
THIES : En dépit des mesures prises par les autorités pour mettre un terme à la vente illicite des médicaments qui sont généralement d’origine douteuse, les détenteurs de pharmacie dites par terre et autres marchands ambulants refusent toujours de baisser les bras. Les produits sont vendus dans les marchés, boutiques. Ils sont pour la plupart des secondes mains pour ne pas dire contrefaits, “ made in Nigéria ”. Ils sont à la portée de toutes les bourses et sont connus par toutes les couches sociales de la population, du riche au plus démuni. Paracétamol plus connu sous le nom de niokète, aspirine, nivaquine, auréomycine, médicaments contre l’asthénie physique, voire sexuelle, etc. Ils sont cédés aux demandeurs sans tenir compte de la posologie ( dose), des contre-indications, des effets indésirables, de l’âge, entre autres.

L’autre jour, au cours d’une opération rondement menée par des agents assermentés aux fins de mettre hors d’état de nuire ceux qui s’adonnent à la vente illicite de ces produits, un ressortissant du Baol, en l’occurrence El hadji Diop, avait été interpellé et conduit au commissariat. Le baol baol a tout de suite reconnu les faits qui lui sont reprochés. Bien cuisiné par les policiers, il dit vouloir travailler honnêtement pour subvenir à ses besoins. Devant le procureur, il a réitéré les mêmes propos. Au tribunal, il s’est rétracté pour dire qu’il ignorait que vendre des médicaments d’origine douteuse était formellement interdit.

Pour lui rafraîchir la mémoire, le substitut du procureur, Khadim Ndiaye, qui connaît bien la ville sainte de Touba, lui a rappelé les propos qu’il avait tenus devant lui, il y a seulement quelques jours, comme quoi, il a acheté les médicaments saisis sur lui au marché Ocas de Touba, précisément au marché  » fraudes ». Pour le président El hadji Ndiaye, ces médicaments peuvent causer à la longue, des effets nocifs dans l’organisme humain d’où la nécessité de mettre une croix sur cette activité et d’aller au Baol cultiver la terre qui ne ment pas dit-on. Le prévenu a été condamné à 1 mois ferme en guise d’avertissement.


À voir aussi

L’étudiante, son copain faux policier et son amant, la partie de jambe en l’air…

6 mois de prison assortis du sursis, c’est la sentence qui a été prononcée, hier, …

Escroquerie : Le commerçant qui gonflait son compte Wari, arrêté

Après avoir réussi plusieurs tentatives d’escroquerie de sommes d’argent destinées aux clients, le commerçant A. L.F a …