Accueil / ACTUALITES / Victime d’une bavure policière : Djitala Mané enterré sans autopsie

Victime d’une bavure policière : Djitala Mané enterré sans autopsie

Une foule calme a accompagné hier à sa dernière demeure la dépouille mortelle de Djitala Mané, lui qui était né un 1er mai, jour de protestation et de revendications par excellence. Et il a été enterré au cimetière musulman situé au quartier Gadapara, sans que son corps ne soit soumis à une autopsie. Une concession arrachée à la famille mortuaire qui a renoncé à sa plainte contre X.

Source : Walfadjri

Né un certain 1er mai de l’an 1981, le jeune Djitala Mané, mort samedi dernier juste après l’enterrement de Dominique Lopy, ne fêtera pas son 26e anniversaire qui coïncide avec la Fête internationale du travail. Il a été inhumé hier, à 10 h, au cimetière musulman situé au quartier Gadapara dans la commune. La cérémonie était empreinte, comme on s’en doute, de l’émotion des jours de douleur. Une foule silencieuse a accompagné la dépouille mortelle de Djitala Mané, lui qui était né un jour de protestation et de revendications. Même si parmi la foule, on notait la présence de Bécaye Diop, ministre des Forces armées et maire de la commune, et d’autres personnalités.

La famille du défunt a, en effet, fini par renoncer à déposer une plainte contre X. Une concession arrachée à la famille mortuaire ‘après plusieurs conciliabules avec les autorités’, explique Abba Touré, un proche de la famille. Il n’y aura pas non plus d’autopsie. Au grand dam de la plupart des jeunes curieux de savoir comment leur camarade est mort. Mais également au grand dam de la Justice tout simplement.

Le non dépôt d’une plainte par la famille du défunt et l’inhumation de Djitala Mané ne compromettent pas, pour autant, l’ouverture de poursuites pénales par le procureur de la République près le tribunal régional de Kolda parce qu’il y a eu mort d’homme. Ils ne compromettent pas, non plus, la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire, une requête du député Amadou Ndiaye Lô, 2e vice-président du groupe libéral et démocratique. Dans une correspondance adressée avant-hier à Pape Diop, président de l’institution parlementaire, le député Lô estime que ‘M. Djitala Mané est décédé après avoir reçu une balle au ventre’. Or, jusque-là, on ignore la nature de la balle. Et le député, par ailleurs 2e adjoint au maire de Kolda d’ajouter que ‘les populations de Kolda et, au-delà d’elles, tous les Sénégalais ont besoin de savoir la vérité’.

Selon le quotidien Le Courrier d’hier, le ministre-maire Bécaye Diop a laissé entendre que la balle qui a eu raison de Djitala Mané est en caoutchouc. Mais, le propos ne convainc, visiblement, personne à Kolda Quelques-uns en sont même remontés. Abba Touré en fait, sans doute, partie. Un des derniers à avoir été au chevet du défunt, M. Touré rapporte qu’il a été bien atteint par une balle réelle. ‘Il m’a confié qu’il allait mourir, il s’en résignait tout en répétant le nom de Dieu’, se souvient-il, amer.

Djitala Mané est tombé sous les balles des policiers suite aux affrontements entre les forces de sécurité et des manifestants qui revenaient de l’enterrement de Dominique Lopy. La victime ne pouvait pas imaginer avoir rendez-vous avec la mort quand elle se rendait à la boutique du coin. La balle lui aurait traversé l’abdomen. Après son évacuation à l’hôpital régional, Djitala a rendu l’âme quelques heures plus tard. Il n’a pas pu survivre à ses blessures et à la forte hémorragie dont il a été victime.

Sur le terrain, c’est encore le calme. La médiation du maire Bécaye Diop et celle d’autres bonnes volontés comme Mme Gnagna Fall Bâ, conseillère de la République, ont ramené la sérénité. Les jeunes sont invités au calme le temps que la justice fasse son travail. ‘Force restera à la loi’, disent, tel un leitmotiv, les médiateurs.

Tout est parti de ce vol : Le téléviseur volé aurait été retrouvé par la police

L’enquête sur le vol d’un téléviseur, de drap et de matelas perpétré chez le président du Conseil régional de Kolda pourrait s’accélérer en dépit de la mort du présumé coupable. Selon une source proche de l’enquête, le téléviseur volé a été retrouvé dans des conditions presque spectaculaires. C’est un jeune résidant à quartier Gadapara, quartier voisin de Doumassou, qui se serait présenté à la police pour confier avoir retrouvé un téléviseur dans sa chambre alors qu’il n’en a jamais eu. Interrogés, des proches du président Dramé auraient reconnu le téléviseur volé. Qui est ce jeune ? Qui a bien pu lui faire ce cadeau bien gênant ? Difficile, pour l’heure, de répondre à ces interrogations.

L’affaire Dominique Lopy est, en tout cas, partie du vol de ce téléviseur. Accusé et placé en garde à vue, le jeune Lopy a été retrouvé mort dans les locaux du commissariat urbain de Kolda.


À voir aussi

Tension de trésorerie à l’Ipres: De 200 milliards à 0 franc.

La situation financière de l’Institut de prévoyance retraite du Sénégal(IPRES) est au bord du gouffre. …

SJD doit 26 milliards aux Entreprises

Le Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) est en eaux troubles. Il doit de l’argent …