Accueil / ACTUALITES / Vidéo : Le Sénégal fête l’anniversaire de la mort de Bob Marley (Clip)

Vidéo : Le Sénégal fête l’anniversaire de la mort de Bob Marley (Clip)

Le 11 Mai 1981, Robert Nasta Marley venait de mourir des suites d’un cancer dans une clinique de Miami. Vingt six ans aprés sa disparition le mythe Marley s’est amplifié dans le monde entier, et il a contribué à la déferlante internationale du reggae. Le Sénégal à l’instar des autres communautés célébre l’anniversaire de son décés, mais quel héritage « Le King » du reggae a laissé à ses admirateurs ?

Source : Le Matin


Vingt six ans aprés sa mort, le mythe Marley continue de gravir des échelons. La dimention universelle, aussi bien du rythme de base de cette musique que de son message, a ensemencé des métissages de toute sorte: en France avec, entre autres, des influences antillaises (Métal Sound), magrhébines( Gnawa Diffusion) ou hip hop (Neg ‘ Marrons); en Afrique sous l’impulsion décisive d’Alpha Blondy, mais aussi en Asie, au Japon et en Australie. « Le principal atout de Bob, c’est, outre son talent son talent de compositeur, son écriture exceptionnelle, sa façon de transformer des expressions populaires en méthaphores », explique Bruno Blum, musicien et journaliste, qui a sorti un livre gorgé d’informations captivantes, que nombre de médias ont souvent passé sous silence.

On se souvient en 2001 pour célébrer les vingt ans de sa disparition, le double album « Catch a fire » de Deluxe Edition avait proposé un couplé édifiant. Il contenait, d’une part la réédition du premier disque de Marley pour Island, Catch a fire (1973), connu de tous et marqué par la patte de Chris Blakwell (le boss d’Island). Ce dernier producteur blanc jamaicain, établi en Grande Bretagne a réussi un magistral coup de marketing, tout en mettant au point une alchimie musicale qui allait séduire toute la planéte. Aujourd’hui Bob a su sans conteste, mettre une nouvelle musique, avec un langage, une religion et une culture même dans le paysage musical occidental dominés par des groupes de rock américains ou anglais.

Son titre War ( disque Rastaman Vibration, 1976)inspiré du célébre discours de paix de l’empereur éthiopien à l’assemblée des Nations Unies en 1963(Addis Abéba), a joué un rôle déterminant dans l’impact international du reggae. Il a incarné un grand souffle de panafricanisme et, plus largement, une préoccupation pacifiste universelle. Il est vrai que la dimension révolutionnaire de Marley a souvent été occulté, pour ne pas porter ombrage à une image moins dérangeante, chevillée aux clichés du gros joint de ganja. La majeur partie des fans dans notre pays, consacrent ces festivités au folklore (concerts,soirées), mais l’aspect intellectuel devrait primer, pour offrir aux jeunes générations, l’opportunité de découvrir la philosophie et les combats nobles de l’artiste.Ca n’empêche pas aux mélomanes, d’écouter un tube du surnommé Tuff Gong ( dur comme un gong), car c’est boire à la source.


À voir aussi

Suisse : Ousmane Sonko reste en prison

L’ancien Ministre de l’Intérieur de la Gambie sous Jammeh, qui avait déposé un recours pour …

Les Nominations du Conseil des ministres du 14 novembre 2018

Au titre des mesures individuelles, le Président de la République a pris les décisions suivantes : …