Illustration
Illustration

Village de Kongoly – Cri de cœur d’une population « oubliée »

REWMI.COM- Les populations du village de Kongoly n’en peuvent plus. Elles l’ont fait savoir la semaine dernière lors d’une marche organisée, pour crier leur désarroi et se faire entendre par la même occasion. Situé dans le département  de Guinguinéo, communauté rurale de Mbadakhoune, ce village qui compte plus de 1000 âmes tarde à faire son entrée dans la modernité. Désenclavement, Education pour tous, Électrification rurale, entre autres « priorités » tant prônées par nos gouvernants, semblent être de vains slogans pour les populations de ce village.

Faute de pistes rurales, l’accès y est quasi impossible surtout en saison des pluies. Tomber malade dans ce village est la pire des choses qui peut arriver à un autochtone. Malgré un poste de santé et une ambulance, les évacuations sont aussi pénibles que la maladie elle même à cause de l’impraticabilité des « routes ».

Autres soucis majeurs des habitants de ce village, surtout sa frange jeune, c’est le manque de Collège d’ Enseignement Moyen (CEM). Au moment ou les autorités prônent une Education pour tous, la centaine de potaches de cette localité font quatre à cinq kilomètres par jour pour rallier le CEM le plus proche : celui de Mbadakhoune. Chaque jour avec son lot de risques si l’on sait que ces élèves traversent des forets denses à l’aller comme au retour.

En plein 21e siecle, ce village situé à seulement moins de 5 kilomètre de Kaolack n’est pas électrifié. Pourtant, la centrale de Kahone est à moins de 3 kilomètres. Et ce qui frustre le plus, c’est que des villages environnants, moins importants en terme de superficie et de population ont le minimum pour prétendre jouer un rôle pour un Sénégal émergent.

Lors de la marche qui a connu un succès, les populations de Kongoly ont porté à la connaissance des autorités étatiques leurs doléances qui sont : la construction d’un CEM, l’électrification du village, mais aussi la création de pistes rurales.

Voir aussi

thierno_bocoum_rewmi-30-03-2015_02-03-57_0

RÉPONSE AU MINISTRE DU BUDGET-PAR THIERNO BOCOUM

Votre réponse suite à mon interpellation concernant l’affaire de l’ancien ministre délégué Fatou Tambédou est …