Accueil / Education / VILLE DE DAKAR Priorité à l’éducation et à la santé

VILLE DE DAKAR Priorité à l’éducation et à la santé

 Le Conseil municipal de Dakar a voté hier le compte administratif 2014, presque à l’unanimité. Il y a eu une seule abstention, celle du conseiller de la mairie de Yoff, Ibrahima Fall. Selon le maire Khalifa Sall, la ville de Dakar a eu, en 2104, deux budgets : celui voté en Conseil municipal et un autre voté par le préfet, suite aux interprétations divergentes qu’il y avait dans la mise en œuvre de l’Acte 3 de la décentralisation.  »Nous sommes dans l’obligation de voter ces délibérations. L’un et l’autre ont donné la priorité à l’investissement qui représente une portion importante dans les actions de la ville », a-t-il dit.

Ensuite, le Conseil municipal a décidé de procéder aux virements de crédits pour mieux gérer la question de la santé et de l’éducation. Car, dit Khalifa Sall, les fonds de dotation servent principalement aux deux facteurs nommés.  »Avec les nouvelles compétences, nous prenons en charge l’éducation et la santé. Nous prenons maintenant en charge l’enseignement secondaire, les lycées, l’environnement, pour lesquels il n’y a pas encore de moyens. Puisqu’il nous faut préparer la rentrée scolaire, nous avons voulu nous donner les moyens de pouvoir intervenir dans les lycées et les collèges, pour au moins aider à prendre les urgences’’, note le maire.

 »Nous n’avons pas renoncé aux fonds de dotation »

Lors de la session, le maire a précisé que l’institution n’a pas renoncé aux fonds de dotation, comme on l’a relayé, à l’ouverture de la session ordinaire du 6 août.  »Nous n’avons pas renoncé aux fonds de dotation qui sont estimés à 160 millions de F CFA. Ils vont servir principalement à l’éducation et la santé ». Selon Khalifa Sall,  »ce qui a été dit, ce sont des recettes de 2014, relativement au TRUMF, à la taxe des véhicules, et aux plus-values. Ces différentes taxes étaient recouvrées, avant l’Acte 3, par la ville. Désormais, elles seront recouvrées par les communes. Puisque la réforme est intervenue à partir du mois de juillet, ce sont donc des ressources qui doivent être partagées entre la ville et les communes. Ce que nous avons dit, c’est que nous proposerons au Conseil municipal une délibération pour renoncer à la part de la ville, pour permettre aux communes d’avoir des possibilités plus intéressantes ».

Aussi, le Conseil municipal s’engage pour la restructuration des quartiers de Grand Médine et d’Arafat Grand-Yoff.  »Nous devons verser 110 millions à la fondation droit à la ville et à ONU HABITAT. Dans les deux quartiers, les habitants se sont organisés », renseigne Khalifa Sall. Concernant la répartition des recettes de 2014, recettes relatives aux plus-values foncières, taxes sur les véhicules et TRUMF, ils se sont accordés sur des modalités. Il annonce qu’une réunion sera tenue pour les régies publicitaires, avec les maires, pour arriver à un consensus. Pour lui, les recettes publicitaires collectées peuvent être meilleures et intéressantes, mais seul le consensus sur les méthodes et la manière peut les sauver.

Concernant les marchands ambulants, il précise qu’ils ont rendu compte des concertations menées avec ces vendeurs irréguliers. Dans cette perspective de recasement, les réunions de finalisation vont intervenir en fin et début de semaine.

Enquete

À voir aussi

Uasz : la section saes en sit-in pour dénoncer « des conditions de travail misérables »

La coordination régionale du Syndicat autonome de l’enseignement supérieur (SAES) de l’Université Assane Seck de …

COMMUNIQUE- Forum du 1er Emploi- 17ème Edition

COMMUNIQUE La Fondation Emploi Jeune – FEJ du Mouvement des Entreprises du Sénégal – MEDS …