Accueil / FAITS DIVERS / Viol et pédophilie ayant entrainé la mort Un vieux de 65 ans viole une fille de 11 ans qui succombera à ses blessures

Viol et pédophilie ayant entrainé la mort Un vieux de 65 ans viole une fille de 11 ans qui succombera à ses blessures

Un vieux de 65 ans a comparu à la barre de la chambre criminelle pour répondre des délits de viol sur une mineure âgée de moins de 13 ans et pédophilie ayant entrainé la mort. Le maître des poursuites a requis 20 ans de travaux forcés. L’accusé sera fixé sur son sort le 2 janvier prochain.

Il ressort des débats d’audience que la petite fille, âgée seulement de 11 ans, a quitté son village natal pour rallier la capitale afin de trouver un travail. C’est pour subvenir aux besoins de ses parents qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. Compte tenu de son âge, elle a été engagée comme ménagère dans une maison. Elle a fini par entretenir de bonnes relations avec toute sa famille d’accueil et les voisins. Cependant, le 30 juillet 2012, alors qu’elle rentrait, la fille a été interpellée par un certain Dame Ndiaye qui l’envoie à la boutique pour une commission. Elle a pris sagement l’argent pour se rendre à la boutique. A son retour, l’homme lui a intimé l’ordre de déposer ladite commission dans sa chambre. Sans arrière-pensée, elle est rentrée dans la chambre où elle a été surprise par le nommé Dame Ndiaye. Il l’a forcée à se coucher dans son lit avant de la contraindre à se débarrasser de ses habits. Auparavant, Ndiaye avait pris toutes les dispositions pour que la fille ne crie pas pour alerter les autres. Ayant maîtrisé sa proie, il a pénétré la fille. Insatiable, elle a retourné la fille avant de la pénétrer à nouveau, mais cette fois-ci par voie anale. Après satisfaction de sa libido, il a menacé la fillette de mort si jamais elle racontait ce qui venait de se passer.

« Elle ne pouvait ni se coucher, ni s’asseoir, ni rester debout… »

Sous le coup de la peur, elle a gardé le secret, mais pour longtemps. La douleur était insoutenable. Et c’est sa patronne qui fera cette remarque avant de l’envoyer à l’hôpital. Plongée dans un profond sommeil, la fille a confié au médecin, à son réveil, que son violeur n’est personne que leur voisin Dame Ndiaye. Ainsi, une plainte a été déposée et le mis en cause arrêté. Devant les enquêteurs, Dame a nié être l’auteur des faits. A la barre de la chambre criminelle, il a maintenu ses déclarations, disant n’avoir jamais violé la fille. Malgré cela, le maître des poursuites les faits pour lesquels l’accusé comparaît à la barre sont d’une extrême gravité. « Cette fillette est morte à cause du viol. Sachez qu’elle ne pouvait ni se coucher, ni s’asseoir, ni rester debout à cause de l’acte de pénétration ignoble, agressive et inhumain qu’elle a subi », a dit le parquetier, selon qui l’imputabilité du délit de viol et de pédophilie contre l’accusé ne souffre d’aucun doute. Sur ce, il requiert 20 ans de travaux forcés. De leur côté, les avocats de la défense ne sont pas d’accord avec le maître des poursuites. Les robes noires indiquent que les faits existent, mais le problème c’est l’imputabilité. Et rien ne prouve que leur client est coupable. Suffisant pour eux de plaider l’acquittement. Dame Ndiaye sera fixé sur son sort le 2 janvier prochain.

Cheikh Moussa SARR

 

À voir aussi

L’étudiante, son copain faux policier et son amant, la partie de jambe en l’air…

6 mois de prison assortis du sursis, c’est la sentence qui a été prononcée, hier, …

Escroquerie : Le commerçant qui gonflait son compte Wari, arrêté

Après avoir réussi plusieurs tentatives d’escroquerie de sommes d’argent destinées aux clients, le commerçant A. L.F a …