VIOL SUR MINEURE AGÉE DE 13 ANS Mathieu Ngagne encourt 3 ans de prison ferme

Mathieu Ngagne, attrait à la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, hier, risque 3 ans de prison ferme. Il comparaissait pour le délit de viol sur une mineure âgée de 13 ans. L’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 30 septembre prochain.

Si en rendant son délibéré, le 30 septembre prochain, le tribunal suit le procureur dans son réquisitoire, le prévenu Mathieu Ngagne risque de passer trois longues années en prison pour viol sur une fillette âgée seulement de 13 ans. Il ressort des débats d’audience que le mis en cause fréquentait la maison de la victime sise à Niarry Tally. C’est dans ces circonstances qu’il a fait la connaissance de la fille avant de lui déclarer sa flamme. Mais la fille a tout simplement répondu par la négative. Ainsi, Mathieu a-t-il utilisé plusieurs stratégies pour attirer la fille chez lui. Ce n’est que le 20 août dernier que la fille a enfin décidé d’aller rendre visite à son bourreau. Ce jour-là, Ngagne lui avait fait qu’il avait quelque chose de très importante à lui dire. Une fois la fille arrivée, le mis en cause l’a reçue dans la chambre avant de commencer à la caresser. “ Lorsqu’il a commencé à faire des attouchements, je lui ai carrément dit d’arrêter. Face à sa détermination de vouloir passer de bons moments avec moi, je me suis levée pour rentrer. C’est sur ces entrefaites qu’il a fermé la porte à clé avant de me contraindre à entretenir des relations sexuelles avec lui”, a narré la fille. Selon toujours la victime, le prévenu l’a amenée à trois reprises dans sa chambre pour entretenir avec elle des relations sexuelles non protégées. Il faut dire qu’après chaque partie de jambes en l’air, Mathieu Ngagne remettait de petites sommes d’argent à la fille. Pis, il la menaçait de ne pas en parler à qui que ce soit. Malheureusement pour lui, les parents vont découvrir le pot aux roses. C’est ainsi que le dossier a atterri entre les mains de la justice. Entendu par le tribunal, le prévenu a reconnu sans ambages les faits qui lui sont reprochés. Mais, renseigne-t-il, la fille est sa petite amie et elle était toujours consentante au moment des parties de jambes en l’air. Sur la question de savoir que ce consentement était inopérant du fait de l’état de minorité de la victime, Mathieu Ngagne a soutenu qu’il n’en avait pas conscience. Malgré ses déclarations, la partie civile a réclamé 20 millions de nos francs pour laver son honneur. Pour sa part, le maître des poursuites reste convaincu de la culpabilité du prévenu avant de requérir 3 ans de prison ferme.  De son côté, la défense a plaidé pour la relaxe pure et simple, arguant qu’il n’y a pas dans ce dossier suffisamment d’éléments pour entrer en voie de condamnation. Au final, l’affaire a été mise en délibéré pour jugement devant être rendu le 30 septembre prochain.

Cheikh Moussa SARR

Voir aussi

TRANSPORT- Le CDDC récuse le TER et milite pour la voie de contournement de la Gambie

Le projet du Train expresse régional (TER) du gouvernement, qui va coûter plus de 500 …