18 décembre, 2014
Accueil » FAITS DIVERS » Violences faites aux femmes- Un vice-président de l’Assemblée nationale maltraite son épouse
Violences faites aux femmes-  Un vice-président de l’Assemblée nationale maltraite son épouse

Violences faites aux femmes- Un vice-président de l’Assemblée nationale maltraite son épouse

Les organisations de défense des femmes ne manqueront pas, sans doute, de s’impliquer dans ce dossier qui met à nu la violence inouïe d’un député contre son épouse. Normal donc que Dame-justice s’y intéresse. Sauf que des «bras longs» tentent d’étouffer cette affaire plus qu’embarrassante.
L’homme, qui n’est pas un citoyen ordinaire, en est à son troisième divorce. Vice-président de l’Assemblée nationale, lieu où l’on vote les lois pour protéger les femmes et les enfants, il n’a rien trouvé de mieux que de maltraiter son épouse qui vient de lui donner un enfant. Brave et travailleuse, selon de nombreux témoignages, cette jeune femme est toujours adossée au message du curé qui célébrait son mariage avec l’honorable député : «vous êtes liés par les liens sacrés du mariage pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce que la mort vous sépare». Si l’épouse en a fait un sacerdoce, il nous revient que le mari, par contre, était très loin de s’en approprier la quintessence. Toutefois, le couple vit ensemble avec les enfants nés des précédents mariages de l’époux. Tombée enceinte, la dame ne voulait plus que son mari l’approche. Une attitude fréquente, du reste, chez les femmes. L’honorable député en a pris prétexte pour s’éloigner de son épouse. D’ailleurs, il ressort des indiscrétions glanées dans leur voisinage immédiat que «l’homme est un chaud lapin toujours à l’affût pour se la couler douce et satisfaire sa libido débordante». Et, c’est pour dire le moins.

«Abandon de domicile»



Résultat des courses, son épouse est restée des mois sans le voir. Jusqu’à son accouchement pour être plus précis. Ce qui a mis sa grande sœur dans tous ses états. Déjà au courant des pratiques pas du tout catholiques du mari de sa petite sœur, cette dernière lui suggère de venir habiter chez elle, le temps de l’allaitement. Non sans demander au député de passer, de temps à autre, voir son épouse et son enfant. Ce que le mari a accepté. Après plusieurs mois passés chez elle, la grande sœur demande au mari de s’atteler au retour de sa femme au domicile conjugal. Et, là, coup de théâtre ! Car le vice-président de l’Assemblée nationale lui oppose un niet catégorique. Au motif que son épouse a fait un «abandon de domicile». Non seulement, il a refusé de recevoir son épouse, mais il est allé chez la grande sœur, en compagnie de son avocat, pour leur proposer «un divorce à l’amiable avec 50 000 F pour la dame et 30 000 F pour le bébé». Après l’entretien, nous dit-on, le député a laissé derrière celle qui est encore sa femme et son bébé sous une forte pluie. En tout cas, d’aucuns pensent que ce n’est pas ce député qui portera à bras le corps le combat des femmes contre les violences dont elles sont victimes.

Safiétou DIOP