images

VISITE DU PREMIER MINISTRE FRANÇAIS AU SENEGAL La coordination des musulmans de Rufisque met en garde Manuel Valls

Annoncé en visite officielle de deux jours au Sénégal, le Premier ministre Français a déjà un comité d’accueil prêt à lui rappeler « ses droits » pour un « équilibre des religions en France et la fin des pratiques coloniales de la France Afrique » dans le continent.
A la veille de la visite officielle au Sénégal du Premier ministre français, Manuel Valls, la coordination des musulmans de Rufisque s’est prononcée sur cette venue. Réunis au centre JCLT de cité Gabon, ils ont rappelé à Valls trois de ses déclarations à l’encontre des musulmans et l’ingérence de la France dans les affaires Africaines.
Le porte-parole du jour, l’ancien ministre Bamba Ndiaye, commence par la déclaration du Premier ministre français en septembre 2012, à la synagogue de la victoire. « Chaque religion a ses rites et ses traditions ; la liberté de croyance, c’est la liberté de porter la kippa, de manger du casher, de réaliser la circoncision», déclarait Manuel Valls. Pour la coordination des musulmans de Rufisque, le Premier ministre français « semble oublier que l’Islam est aussi une religion qui a ses rites et que la liberté de croyance, c’est également la liberté de porter le Burkini et le Hijab ».
La deuxième déclaration mise en cause par les camarades de Bamba Ndiaye, c’est quand Valls disait, en 2014 : « sans les juifs, la France ne serait pas la France ». Alors que pour la coordination, « l’Islam est la deuxième religion de France ». Ce qui les pousse à affirmer que « Sans les musulmans, la France ne serait pas la France ».En France, les musulmans « sont stigmatisés et exclus de la société » alors qu’en tant que Premier ministre, Manuel Valls, à l’assemblée nationale en 2015, déclarait que la France n’est pas en guerre contre les musulmans.La coordination des musulmans de Rufisque demande aussi à Valls « d’épargner la vie des enfants, des femmes, des vieillards et des populations civiles dans les bombardements aveugles dans les pays musulmans comme la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, en Lybie et le Nord Mali ».
Et pour finir, ils appellent au Premier ministre français l’arrêt de l’immixtion de la France dans les affaires intérieures africaines. En langage diplomatique policé, mais ferme, ils souhaitent à « monsieur le Premier ministre, enterrez avec nous, ici même à Dakar, le concept de la France Afrique et ses répercussion malheureuses sur le continent » en les « jetant sur la plage de Yoff à jamais ! », ironisent-ils.

Djiby GUISSE

Voir aussi

telechargement

Arrêt de production de cartes d’identité nationale

La Direction de l’automatisation des fichiers (Daf) ne produit plus de cartes d’identité nationale depuis …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *