Accueil / ACTUALITES / Viviane Bampassy sur le nouveau code de la déontologie «Il ne s’agit nullement de mettre en place une structure chargée d’un contrôle»

Viviane Bampassy sur le nouveau code de la déontologie «Il ne s’agit nullement de mettre en place une structure chargée d’un contrôle»

Le nouveau Code de la déontologie des agents de l’Etat lancé la semaine dernière n’est pas une structure chargée d’un contrôle quelconque. C’est l’équivoque qu’a voulu lever, hier, le ministre de la Fonction publique.

Ministre de la Fonction publique, de la Rationalisation des effectifs et du Renouveau du service public, Mme Viviane Elisabeth Laure Bampassy, a tenu à lever toute équivoque quand au nouveau Code de la déontologie des agents de l’Etat lancé la semaine dernière. Au moment où certains agents parlent de doublon, puisqu’il existe d’autres codes des agents de la Fonction publique, le ministre de préciser que ce n’est pas un texte élaboré ailleurs pour être appliqué aux agents de l’Etat.

S’exprimant, hier, au terme de la cérémonie de lancement de l’audit des compétences des agents de l’administration publique, Mme Bampassy a déclaré que «le Code de déontologie n’a pas pour vocation d’instaurer une structure chargée de contrôle. C’est un document qui va recueillir l’ensemble des principes et valeurs de notre administration».

Elle souligne par ailleurs que si on prend la loi 61-33 portant Statut général des fonctionnaires de l’Etat, elle dispose déjà des principes et valeurs qui doivent motiver l’agent public. «Donc, nous n’avons fait que recueillir en un document unique l’ensemble de ses principes et valeurs qui doivent être un bréviaire pour l’agent de l’Etat. Il ne s’agit nullement de mettre en place une structure chargée d’un contrôle», a insisté Mme Bampassy.

Quand à l’externalisation du Programme d’urgence de développement communautaire (Pudc) confié au Programme des Nations unies pour le développement (Pnud), le ministre de la Fonction publique est d’avis que cela ne jette nullement un discrédit sur les agents de l’administration publique. «Je crois que le chef de l’Etat est suffisamment conscient de la qualité des ressources humaines dont dispose l’administration sénégalaise. Ce Pudc ne peut nullement être assimilé à un déni de l’administration», a-t-elle souligné.

Le Populaire

À voir aussi

« Au-delà de Tombouctou » : Pr Ousmane Kane resurgit l’authenticité de l’histoire de l’Afrique de l’Ouest musulmane

Chose promise chose due ! Le professeur Ousmane Kane a présenté son livre Beyond Tumbuktu version …

LOCAFRIQUE VA SE SUBSTITUER A BEN LADEN GROUP 400 milliards pour sauver la Sar

Ce seront 60 millions d’Euro soit environs 400 milliards de FCFA qui seront injectés dans …