SOCIETE

VOL DE CHEQUES Amadou Ba « vide » les comptes bancaires d’Habib Guèye et d’Olivier

  • Date: 19 octobre 2016

Amadou Ba est vraiment dans de sales draps. Ce père de famille né en 1986, a été attrait à la barre pour les délits de vol de chèques et faux et usage de faux en écritures de banque. Le prévenu qui a reconnu les faits tout en essayant de se dédouaner, risque deux ans de prison ferme.

Yaya Amadou Ba a du culot ! En effet, ce père de famille âgé de 30 ans, n’a rien trouvé de mieux à faire que de passer son temps à retirer de l’argent dans les comptes bancaires de tierces personnes, avec des chèques qu’il se procurait grâce à des complices.

Interpellé aujourd’hui devant la barre du tribunal des flagrants délits de Dakar, Yaya Amadou a narré l’histoire qui lui a valu sa comparution : « C’est un fille répondant au nom de Yaye Fatou qui m’a remis ce chèque après que je lui ai vendu des sacs et des chaussures. J’ai fait sa connaissance grâce à deux de ses copines. C’est comme ça qu’elle m’a remis le chèque tout en me disant que son patron est absent pour quelques moments et que je devais retirer l’argent au plus vite, avant qu’il ne revienne. C’est un chèque de  1.700.000 FCfa que j’ai retiré dans une banque, à Grand Yoff. Quand je le lui ai remis l’argent, elle m’a donné les 50.000 FCfa qu’elle me devait. Concernant l’autre chèque, c’est le sieur Pape Diop qui me l’a remis, prétextant qu’il avait oublié sa carte nationale d’identité. Ainsi, il m’a proposé de le retirer pour lui, moyennant une commission. C’était un chèque de 1.200.000 FCfa que j’ai retiré au niveau d’une autre Banque située à Hann », a déclaré Yaya Amadou Diallo.

Interpellée, la partie civile, Habib Gaye, déclare : « La banque m’a appelé un matin pour me faire savoir qu’un chèque en mon nom leur est présenté, me demandant si c’est bien moi qui ai signé ce chèque d’un montant de 1.800.000 Fcfa. J’ai répondu que je n’avais signé aucun chèque, et que deux chèques ont été retirés de mon chéquier », a dit Habib Gaye.

Aussi constitué partie civile Olivier, le patron de Yaye Fatou, qui ne sait pas qui est impliqué ou pas dans cette affaire. « Ils ont volé un chèque parmi les 5 que j’avais remis à mon assistante. J’étais en voyage ; ce n’est qu’à mon retour que j’ai été mis au courant de cette affaire », a-t-il déclaré.

Prenant la parole à son tour, Yaye Fatou Ba, co-accusée dans cette affaire de complicité de faux et usage de faux en écriture de banque, indique qu’elle en est pour rien. « Je n’ai jamais remis de chèque, ni au sieur Amadou Ba, ni à qui que ce soit. Le sieur Ba, je ne le connais même pas. Le chéquier appartient à mon patron qui, en partant en voyage, m’a fait savoir qu’il avait laissé des chèques auprès d’Abdoulaye Guèye en guise de payement pour ses fournisseurs. Quand j’ai reçu les chèques, je les ai remis à Aïda Ndaw, l’assistante d’Olivier et je ne sais pas comment les chèques sont arrivés entre ses mains », a déclaré la dame Yaye Fatou.

À son tour, Abdoulaye Guèye, aussi employé du sieur Oliviers, a donné sa version des faits. « Le patron nous a laissé des chèques, pour que je les remette à madame Gadiaga. Mais avant que je ne vois celle-ci, Yaye Fatou est passée me voir pour me dire que c’est Madame Gadiaga qui l’a envoyée », affirme-t-il.

Plaidant l’affaire, l’avocat de la partie civile, Habib Gaye, n’a pas été long. Selon la robe noire, ils ont affaire à un récidiviste dans ce genre de délits. Ainsi il a demandé au Tribunal d’allouer la somme de 2 millions 500 mille à son client. Plaidant à son tour, l’avocat du sieur Olivier a versé dans la même logique que son collègue avant de demander la somme de deux millions pour son client.

Le Procureur de la République a, au moment de prendre ses réquisitoires, déclaré que les faits été constants. Pour cela, il a demandé à ce que le prévenu, Yaya Amadou Ba, soit condamné à 2 ans ferme, et à payer une amende de 2.500.000 FCfa. Pour Yaye Fatou Ba, il a requis un mois ferme plus une amende de 2 millions FCfa. Délibéré le 21 Octobre.

Numéros Utiles

Indicatif Sénégal (de l’étranger) :

221

Renseignements :

12 12

Horloge parlante :

15

Aéroport :

33 869 50 50 / 33 628 10 10

Sénélec (dépannage) :

33 867 31 00

Sénélec (délestage BCC) :

33 839 94 35

SDE (dépannage) :

800 11 11

Sonatel (dérangement) :

13

Hotline Orange :

41 41

Commissariat Central :

33 823 25 29 / 33 823 71 49

Gendarmerie num vert :

800 20 20

SOS MEDECINS :

33 889 15 15

SUMA ASSITANCE :

33 824 24 18 / 33 824 60 30

POMPIERS :

33 823 03 50

Centre anti poison :

818 00 15 15