Accueil / ECONOMIE / VOTE DU BUDGET 2016- Le  ministère du Commerce  a connu une  baisse
Alioune Sarr Ministre du Commerce

VOTE DU BUDGET 2016- Le  ministère du Commerce  a connu une  baisse

Le projet de budget  du ministère du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, au titre de la loi de finances 2016, s’élève à la somme de dix milliards huit cent neuf millions trois cent cinquante-trois mille neuf cent quarante francs Cfa (10 809 353 940 F Cfa) dont dix milliards sept cent quarante-cinq millions six cent cinquante-trois mille neuf cent quarante francs Cfa (10 745 653 940 F Cfa) de  services votés et soixante-trois millions sept cent mille francs Cfa (63 700 000 F Cfa) de mesures nouvelles contre onze milliards sept cent soixante-neuf millions sept cent quatre-vingt-neuf mille huit cent quatre-vingts francs Cfa (11 769 789 820 F Cfa) en 2015, soit une baisse de neuf cent soixante millions quatre cent trente-cinq mille huit francs mille (960 430 000 F Cfa).

Cette enveloppe est répartie comme suit : Dépenses de personnel 1 342 994 940 F Cfa ; Dépenses de fonctionnement 332 607  000 F Cfa ; Dépenses de transfert 1 590 482 000 F Cfa ; Dépenses investissement exécutées par l’État 5 088 270 000 F Cfa ; Dépenses de transfert en capital (titre VI)    2 455 000 000  F Cfa. Cette baisse du budget 2016 par rapport à la dotation de 2015 s’explique, en réalité, selon le ministre Alioune Sarr, « par une diminution significative des dépenses de transfert en capital résultant de l’épuisement du reliquat relatif à la mesure ponctuelle de blocage du prix de l’huile d’une valeur de trois milliards de francs Cfa (3 000 000 000 F Cfa) affecté d’office en 2015, au département et une baisse des dépenses de personnel malgré une augmentation relative des dépenses en capital du titre. »

Le bilan de 2014

Le ministre Alioune Sarr a profité de son face-à-face avec les députés pour faire le bilan de ses réalisations. « Les différents secteurs dont le ministère a la charge continuent, par leur dynamisme, de rester parmi les piliers de l’économie sénégalaise. Leur rythme annuel de performances continue de s’améliorer grâce à un environnement politique qui est devenu aujourd’hui de plus en plus très favorable à leur développement. Aujourd’hui, leur contribution globale à la création de richesse estimée à plus de 50 % du PIB depuis 2013 devra continuer à se consolider. Ils contribuent à la création d’emplois pour plus de 80% », a-t-il souligné. Concernant le secteur du Commerce, sa contribution à la création des richesses, est une réalité selon le ministre « avec une part du PIB s’élevant à 15,8% en 2014, est  estimée à 15,7% en 2015. En effet, sur un total de 7741,3 milliards F Cfa que représente le PIB, le secteur du Commerce aura contribué, à lui seul pour 1224,2 milliards F Cfa. Son taux de croissance estimé à 4,4% en 2014 contre 4,94% en 2013 pour une prévision de 4,5% en 2015 selon les données fournies par la DPEE. »

La surveillance des produits douteux à la consommation

Cette année, la surveillance du marché aurait permis de retirer des circuits de production des produits périmés, impropres à la consommation, contrefaites ou non conformes à la réglementation. « C’est ainsi qu’un lot évalué à plus de 65 T retirées des circuits de distribution de la région de Dakar par les services centraux et déconcentrés a été détruit le 19 mai 2015 à Ndoukhoura Peul dans le département de Rufisque. Ils sont composés, entre autres, de lait en poudre ou liquide, boissons, jus, margarine, chocolats, bonbons, vinaigre, café touba, nescafé, farines, conserves, insecticides, médicaments, batteries, sel, acide acétique, vinaigre, bouillons, pâtes alimentaires, etc. », a-t-il énuméré.  Enfin, le FFP a initié avec l’ONG Handicap International un projet d’appui aux PME. « Ce projet, d’une durée de trois ans à partir d’août 2015, vise à soutenir un développement économique durable et la création d’emplois dans les entreprises à fort potentiel de croissance, dirigées par des personnes handicapées dans les régions de Ziguinchor, Kolda et Dakar », conclut  le ministre du Commerce, Alioune Sarr.

Ibrahima Khalil DIEME

Share This:

À voir aussi

TRAIN EXPRESS REGIONAL DE DAKAR La BAD débloque 120 milliards de francs CFA

Le projet de Train express régional (TER) de Dakar vient  de bénéficier, de la Banque …