Accueil / ACTUALITES / Wade dément vouloir se faire succéder par Karim

Wade dément vouloir se faire succéder par Karim

Le Président a évoqué hier en Conseil des ministres le débat sur sa succession à la tête de la magistrature suprême. Devant les membres de son gouvernement, le chef de l’Etat Me Abdoulaye Wade a écarté tout schéma de succession à la togolaise ou congolaise. Selon le quotidien dakarois, Le Populaire qui donne l’information dans son édition de ce vendredi 11 mai 2007, Me Wade a déclaré à l’endroit de ses ministres au premier rang desquels le chef du gouvernement Macky Sall : « Rassurez-vous, il n y aura pas d’article 36 ».

Source : Nettali et Populaire
Un article de la Constitution qui se décline comme suit : « le président de la République élu entre en fonction après la proclamation définitive de son élection et l’expiration du mandat de son prédécesseur. Le président de la République en exercice reste en fonction jusqu’à l’installation de son successeur. Au cas où le président de la République élu décède, se trouve définitivement empêché ou renonce au bénéfice de son élection avant son entrée en fonction, il est procédé à de nouvelles élections dans les conditions prévues à l’article 31 ». S’inscrivant ainsi en faux contre ceux qui lui prêtent cette intention, Me Wade a martelé : « il n y aura pas de Kabila Junior ici » ; faisant ainsi allusion à l’arrivée au pouvoir au Congo, de Joseph Kabila après le décès de son père Laurent Désiré Kabila. Développant, il affirme qu’« il y a hors du Pds des Wadistes convaincus qui sont valables et qui peuvent bien me remplacer ». Le chef de l’Etat a préféré laisser son auditoire composé des ministres du gouvernement dans l’incertitude en ne citant aucun nom.

Ces propos du chef de l’Etat sur sa succession interviennent 24 heures seulement après ceux de son Premier ministre Macky Sall. Ce dernier a en effet déclaré, lors de la pose de la première pierre de la Maison de la presse que ce débat était malsain et que cela ne l’intéressait pas. Avant lui, le Secrétaire général du gouvernement, Me Alioune Badara Cissé, supposé proche de Macky Sall, avait sur les ondes de la Radio futurs média (Rfm), affirmé que le débat sur la succession était non seulement prématuré mais qu’en plus, il ne se justifiait pas car c’est le peuple qui tranchera le moment.


À voir aussi

Go: Comme le Beaujolais, le nouvel Idy est arrivé

On est en train d’assister à un nouveau phénomène dans les turpitudes propres à nos …

Procés de la caisse d’avance La réplique de l’Etat aux avocats de la défense

Les représentants de l’Etat du Sénégal dans l’affaire dite la caisse d’avance de la mairie, …