20 octobre, 2014
Accueil » POLITIQUE » Wade nargue encore l’opposition et fait des promesses : ‘J’ai une opposition informelle, composée d’artistes, de comédiens et de danseurs’
Wade nargue encore l’opposition et fait des promesses : ‘J’ai une opposition informelle, composée d’artistes, de comédiens et de danseurs’

Wade nargue encore l’opposition et fait des promesses : ‘J’ai une opposition informelle, composée d’artistes, de comédiens et de danseurs’

C’est aux environs de 20 heures que le président Wade est arrivé dans la vieille ville, en provenance de Mbour. Sur la route, les militants qui l’attendaient depuis le croisement de Yène, Diamniadio et Bargny ont réservé un accueil digne d’un candidat à Wade. A Rufisque, le président Wade a été coincé par la mobilisation du patriarche Me Mbaye Jacques Diop, avec qui le chef de l’Etat a échangé quelques propos. Puis Me Wade est arrivé à la Senelec où l’attendaient les militants disposés de manière désordonnée sur la route nationale. Il aura fallu le tact des gardes du corps pour trouver un passage au candidat des Fal 2012. A la tribune officielle, le président Wade semble être dopé par la forte mobilisation de ses camarades rufisquois. Me Wade s’élance alors dans une longue diatribe composée de défis et de provocations à l’endroit de l’opposition, surtout du M23.

Abdoulaye Wade prévient qu’il ne laissera personne mettre du sable dans le couscous qu’il a savamment préparé. D’après le candidat des Fal 2012 toutes les dispositions seront prises pour barrer la route aux fossoyeurs de la paix. ‘Abdou Diouf disait qu’il a eu de la chance d’avoir une opposition intelligente. Même si je l’ai plusieurs fois battu parce qu’à chaque fois que je sentais venir la violence, j’abandonnais’, raconte Wade. La voix cassée, il reviendra sur son refrain habituel : ‘J’ai toujours dit que je ne marcherai pas sur des cadavres pour accéder au palais. Malheureusement, j’ai une opposition informelle. Une opposition attrape tout composée notamment de comédiens, de danseurs, des artistes, etc. Elle n’est pas du tout sérieuse’, déclare Wade. Le président de la République, revenant sur la genèse du M23, soutiendra que la structure a montré ses limites avec ses menaces avortées ou infructueuses. ‘Je briserai le bras à quiconque entachera le bon déroulement du scrutin du 26 février. Un marabout leur a, certainement, certifié que je ne serais pas candidat. Sans doute, ils ont du débourser beaucoup d’argent. Mais, ils ont joué et perdu leur argent. Parce que je serai candidat contre vents et marées’, lance le candidat du Fal 2012.

Selon Wade cette opposition qui avait menacé de créer la violence si le Conseil constitutionnel parvenait à valider sa candidature est constituée d’incapables. ‘Maintenant que je suis candidat, elle menace de saboter l’élection. Mais, encore une fois, je vous assure qu’il n’y aura aucune violence’, jure Wade.

Najib SAGNA

Walf