Accueil / ECONOMIE / Wade sur la dévaluation du franc-cfa : « Il n’y a aucun risque »

Wade sur la dévaluation du franc-cfa : « Il n’y a aucun risque »

Il n’y a aucun risque de dévaluation du Fcfa, a indiqué mardi à Bissau le chef de l’Etat sénégalais, Maître Abdoulaye Wade, à l’occasion de la cérémonie d’inauguration de l’agence de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’ouest (Bceao) dans la capitale bissau-guinéenne. Démentant les rumeurs d’une dévaluation du Fcfa, Me Wade a précisé que « si un pays estime que ses progrès économiques sont tels que sa monnaie est devenue forte, il peut décider souverainement de dévaluer sa monnaie.
Ce qui entraîne la compétitivité de ses entreprises et l’accroissement des exportations », mais ajoute-t-il, « il n’y a pas de risques de dévaluation du Fcfa par suite de difficultés économiques ou financières de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa).

Pour le président sénégalais, « le Fcfa est une monnaie solide et convertible, car nous nous sommes assigné une véritable discipline monétaire », précisant que l’Uemoa a d’importantes réserves monétaires en France évaluées à 1.700 milliards d’euros placés sur les marchés financiers. Selon le Chef de l’Etat bissau-guinéen, Nino Vieira, qui a présidé la cérémonie, l’adhésion de la Guinée-Bissau à l’Uemoa lui a permis de se doter d’une monnaie convertible, mais aussi d’accroître les échanges commerciaux avec les pays de la sous-région. La Guinée-Bissau a adhéré à l’Uemoa le 2 mai 1997, un an avant que n’éclate la guerre civile, rappelle-t-on

À voir aussi

Air Sénégal traque 70 milliards F

Philippe Bohn dévoile les ambitions de la compagnie Air Sénégal. Laquelle compagnie envisage un chiffre …

Passation de marché : L’Armp et l’Apix pris en flagrant délit

Un scandale secoue l’Apix et l’Armp autour d’un marché relatif aux travaux de construction et …