Accueil / ACTUALITES / WikiLeaks – Burkina Faso : Compaoré le séducteur

WikiLeaks – Burkina Faso : Compaoré le séducteur

Les câbles de la diplomatie américaine révélés par WikiLeaks sont élogieux envers Blaise Compaoré, malgré sa longévité au pouvoir. Mais une question taraude les diplomates : le président burkinabé doit-il se représenter en 2015 ?

On dit Blaise Compaoré fin séducteur. Les Américains, visiblement tombés sous le charme, peuvent en témoigner. Il faut dire que le président burkinabè sait y faire – « Il sait ce que les États-Unis et les bailleurs internationaux veulent entendre », admet un diplomate dans un câble daté de mars 2009. Il perçoit notamment qu’un rapprochement avec Israël lui ouvrira les portes de Washington. Après sa visite historique à Tel-Aviv en mai 2008, un télégramme explique que « Compaoré compte utiliser ce voyage pour gagner les faveurs des États-Unis. Il espère être invité à une réunion avec le président Bush dans le Bureau ovale ».

Il ressort des informations transmises par les diplomates en poste au Burkina entre 2006 et 2010 que Ouagadougou et Washington sont d’accord sur tout ou presque – notamment sur la question iranienne et sur la nécessité de tout mettre en œuvre dans la lutte contre Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). En juillet 2009, un câble révèle que le ministre de la Défense de l’époque, Yéro Boly, a proposé une zone retirée de la base aérienne de Ouagadougou pour rendre plus discrète la présence d’avions de l’US Air Force.

Résultats de cette danse du ventre : dans de multiples rapports, Compaoré est décrit comme un président « extrêmement sérieux » et apprécié par ses conseillers, un homme de paix qui a « tourné la page négative du passé » et qui entend démocratiser le Burkina. « Le pays est sur la bonne voie, il faudra l’aider », propose un diplomate sur le départ en 2009. Mais les Américains s’interrogent : Compaoré va-t-il se présenter en 2015 ? Une des clés réside, selon eux, dans le fait que « les démons du passé » pourraient le hanter s’il cédait le pouvoir.

Jeuneafrique

À voir aussi

Au dernier jour de procès, «Khalifa Sall doit être condamné», pour le parquet

Ce vendredi 23 février est normalement le dernier jour du procès de Khalifa Sall. Le …

Amnesty dénonce des atteintes aux droits humains, le ministre de la justice parle d’un « rapport pas crédible »

Le rapport 2017-2018 d’Amnesty international sur la situation des droits de l’homme au Sénégal relève …