24 avril, 2014
Accueil » TECHNOLOGIES » Yahoo rachète l’application Summly pour muscler son offre mobile
Yahoo rachète l’application Summly pour muscler son offre mobile

Yahoo rachète l’application Summly pour muscler son offre mobile

Yahoo a annoncé le rachat de la start-up Summly, dont la technologie d’agrégation de nouvelles devrait permettre au groupe internet de muscler son offre en applications mobiles, pour laquelle il a multiplié ces derniers temps les petites acquisitions.

L’application Summly, créée il y a deux ans par un Britannique de 17 ans, Nick D’Aloisio, résume rapidement les informations par thèmes pour les smartphones. La société travaille étroitement avec News Corp et compte parmi ses investisseurs l’acteur Ashton Kutcher et Yoko Ono.

Le montant de la transaction n’a pas été précisé mais le blog spécialisé AllThingsD, qui cite des sources anonymes, évoque 30 millions de dollars.

Le jeune entrepreneur a déclaré que Yahoo utiliserait ses technologies d’agrégation des flux d’actualités pour réinventer la diffusion d’informations, comme les nouvelles, la météo et les informations boursières et financières, sur les appareils mobiles.

Selon les termes de l’accord, trois salariés de Summly, qui devrait fermer au deuxième trimestre, rejoindront Yahoo. Nick D’Aloisio, qui étudie au King’s College, restera à Londres et deviendra le plus jeune employé du géant américain, selon Adam Cahan, l’un des vice-présidents de Yahoo, notamment en charge des produits mobiles.

Yahoo a déclaré qu’il allait fermer l’application Summly mais intégrerait sa technologie dans ses services, notamment mobiles.

La directrice générale du groupe, Marisa Mayer, a fait des services pour les smartphones et les tablettes sa priorité, multipliant les acquisitions de start-up.

Le titre, qui a gagné environ 50% depuis l’arrivée de Marisa Mayer en juillet, a terminé lundi en hausse de 0,52% à 23,38 dollars sur le Nasdaq, qui a lui abandonné 0,30%.

Alexei Oreskovic, Jennifer Saba et Paul Sandle, Mathilde Gardin pour le service français

Reuters.com